Actu de nos droits


30 médicaments sous surveillance renforcée


L’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) publie une liste de 30 médicaments sous surveillance renforcée.

Motif ? Des signaux de pharmacovigilance conduisent l’Agence à surveiller les effets indésirables de ces médicaments.

La pharmacovigilance enregistre et évalue les effets secondaires, en particulier les effets indésirables, résultant de l’utilisation des médicaments.

Cette surveillance peut amener à réévaluer le rapport bénéfice-risque de ces produits. Autrement dit, tout médicament efficace produit des effets secondaires, mais si ces effets sont compensés par un effet principal bénéfique, le rapport bénéfice-risque est bon.

Dans la liste publiée, douze sont cités :
- Alli (risques hépatiques et mésusage) ;
- les antitussifs à base de pholcodine (risque d’allergie croisée avec les curares) ;
- Ferrisat (réactions d’hypersensibilité) ;
- les médicaments à base de nitrofurantoïne (toxicité hépatique et pulmonaire) ;
- les médicaments à base de quinine (réactions immuno-allergiques) ; -Multaq (atteintes hépatiques et suspicion d’atteintes cardiovasculaires) ; -Mynocine et génériques (réactions d’hypersensibilité parfois sévères) ; -Nexen et génériques (atteintes hépatiques) ;
- Protelos (réactions cutanées sévères et accidents thromboemboliques veineux) ;
- Trivastal (risque de somnolence et d’attaque de sommeil) ;
- Vastarel et génériques (syndromes parkinsoniens, thrombopénie et purpura) ;
- Xenical (risques hépatiques).

Le résultat de cette réévaluation peut conduire l’Afssaps à modifier les conditions d’utilisation de ces médicaments, voire à les retirer du marché.

En savoir plus :

www.afssaps.fr