Action internationale


2013, année européenne des citoyens


L'année européenne des citoyens se situe un an avant la tenue des élections du Parlement européen. Un nouveau président de la République est élu en répubique Tchèque.

Une bonne occasion pour attirer l’attention sur le droit de vote européen et pour militer afin qu’un grand nombre d’Européens participe à cette échéance politique déterminante.

La notion de « citoyenneté européenne » a été introduite par le traité de Maastricht entré en vigueur il y a vingt ans, en 1993.

L’ambition de cette année européenne est d’impliquer et de faire participer à la vie démocratique de l’Union européenne à tous les niveaux, les quelques 500 millions de femmes et d’hommes que constituent les peuples européens.

Il s’agit d’en savoir plus sur les droits qui découlent de la citoyenneté européenne : droits de résider et de travailler dans toute l’Union européenne, droits à la libre circulation et à l’accès aux soins, droits à la perception d’allocations de chômage, à la reconnaissance des qualifications professionnelles, droits à la consommation de biens, etc.

Accord tacite

Ces droits acquis dans le cadre de l’exercice du marché intérieur fonctionnent dans toute l’Union européenne depuis le 1er janvier 1993. Ils sont en cours d’actualisation, voire d’extension de leurs capacités d’intervention. Rappelons-nous que le marché unique repose sur quatre grands principes de libertés : libre circulation des citoyens, des biens, des capitaux et des services.

Tout au long de cette année, Fil Bleu, à partir de cas concrets, mettra en exergue des droits à faire respecter, à confirmer ou à acquérir, par exemple, en matière de logement, de santé, d’accueil du public, d’énergie, de dignité de la personne…

2013 sera donc l’occasion de tenter de faire en sorte que le grand public soit acteur-citoyen engagé - partout en Europe - en respectant sa culture, sa langue, ses acquis sociaux, sa gouvernance démocratique… car comme l’a déclaré José Manuel Barroso, le président de la Commission européenne « l’époque d’une construction européenne qui se faisait avec l’accord tacite des citoyens est révolue.

L’Europe doit être toujours plus démocratique. » On a envie de lui dire « chiche ! »

Jean-Pierre Bobichon

Pour en savoir plus :

www.europa.eu/citizens

République tchèque : un nouveau président de la République

Milos Zeman, ancien Premier ministre (social-démocrate) de 1998 à 2002, président d’honneur du Parti des droits des citoyens qu’il a créé en 2010, a été élu le 26 janvier dernier président de la République tchèque avec 54,8% des suffrages universels. C’était une première élection d’un président de la République tchèque élu au suffrage universel. Il prêtera serment le 8 mars au Château de Prague.
Milos Zeman, âgé de 68 ans est économiste de formation. Il a adhéré au Parti communiste de Tchécoslovaquie en 1968, puis en a été exclu en 1992.
Ce faisant, la République tchèque entre en cohabitation avec un président de gauche et un gouvernement de droite.
J-P.B.