Notre activité


Un 48e congrès de la CFDT mature


« À Marseille, c’est pas pareil ! » On a déjà tout dit sur ces « grands-messes », ces « moments de vie démocratiques », le rapport d’activité et autres « résolution et amendements ». Mais à y regarder de plus près, aucun discours échappatoire parmi les intervenants. À la CFDT, on ne reporte pas sur les autres. Même si les idées sont contradictoires, elles ne sont pas haineuses. À la CFDT, on construit. À la CFDT, on n’est pas tourné vers le passé. Et on s’attaque au réel !

À deux pas du stade Vélodrome, l’odeur des tilleuls du parc Chanot ajoute à la sérénité des débats riches et exigeants qui ont marqué le 48e congrès de la CFDT. Mais ici, pas de match nul, mais un grand pas en avant. Il n’y a ni vainqueur ni vaincu, mais la fierté d’être dans le mouvement de l’histoire et de l’actualité, acteur des événements qui marqueront à jamais le monde en construction auquel participe la CFDT. Sans concession ni compromis.

Toute la commission exécutive de l’UCR a participé au congrès. (photo C.Wagner)

Si quelqu’un cherche des clefs de lecture de l’actualité du moment, rien ne vaut un bain de congrès CFDT. Au fil des débats et des interventions, on passe en revue, avec quelques arguments bien étayés, l’état de la Défense nationale, les difficultés de Pôle emploi, les enjeux de la réforme territoriale, les chances et les excès du numérique, la fonction des cadres, la question prioritaire des jeunes, la réforme du ferroviaire, les conditions de titularisation des enseignants, l’avenir des médias, la crise du monde agricole, les relations avec le Medef et la CGT… Sans oublier quelques difficultés dans le fonctionnement de la CFDT qui a connu quelques soubresauts sur le plan informatique. Le niveau des échanges est saisissant d’intensité, de conviction, d’argumentation et de démocratie.

En ouvrant le congrès, Laurent Berger a confirmé la marque qu’il entend donner à la CFDT. Il a demandé au Gouvernement d’être exigeant avec le patronat, qui tombe dans la plainte et la diversion dès qu’on aborde le pacte de compétitivité. Depuis, le recul de Manuel Valls sur la pénibilité lui a, hélas, donné raison.

Selon Laurent Berger, les résultats du FN sont une très grave alerte. (photo C.Wagner)

Menace sur la démocratie

Le numéro un de la CFDT a qualifié de « très grave alerte » le succès du FN aux européennes du 26 mai, mais estimé dans le même temps que les électeurs exprimaient « leur défiance avec juste raison ». « Car ce n’est pas avec des choix confus et l’absence de perspectives qu’on mobilise les forces pour construire l’avenir… Les Français veulent des décisions claires, et des efforts justement répartis. »

Pour autant, des délégués, convaincus de la stratégie réformiste de la CFDT, s’inquiètent de l’image d’une centrale qui se retrouve esseulée dans un paysage syndical morcelé, avec la signature de véritables réformes de fond sur l’emploi, les retraites, le pacte de responsabilité.

Dans son discours de plus d’une heure, en réponse aux interventions des congressistes sur le rapport d’activité approuvé finalement à une large majorité de 85,88 %, Laurent Berger s’est aussi livré à un plaidoyer pro-européen, estimant que la crise « n’est pas due à un excès d’Europe », mais « à un manque d’Europe ». « Les militants ont été touchés par le vote Front national », car « nous sommes pro-européens, démocrates et anti-extrême droite… La défiance récurrente à l’égard de la parole politique menace lourdement notre démocratie », a-t-il lancé.

Modèle de développement

Alors que la CFDT talonne la CGT à la deuxième place en termes d’audience (26 % contre 26,7 %), le congrès s’est fixé comme objectif de ravir cette première place en 2017. « La syndicalisation doit être la priorité » des quatre prochaines années, a-t-il ajouté.
Autre perspective pour les quatre ans qui viennent : la parité. Pour la première fois, la CFDT a élu un exécutif paritaire, une « étape » vers une égalité hommes-femmes qui reste « difficile » à instaurer. La commission exécutive comporte désormais cinq femmes sur dix membres. Un motif de « grande fierté ».

Troisième ambition : un syndicalisme ouvert aux jeunes. 250 d’entre eux ont participé de plein droit au congrès. « Mais cela ne suffit pas, affirme Laurent Berger. J’ai envie de dire : seulement 250. En agissant concrètement pour l’emploi des jeunes et en leur ouvrant grandes nos portes, nous leur offrirons des perspectives d’avenir. »
La CFDT revendique « un nouveau modèle de développement », conciliant « performance économique, progrès social et emploi de qualité pour tous ». « Faire progresser ce projet engage l’ensemble de la CFDT », affirme la motion approuvée à 96,5 %. La centrale veut « faire plus et mieux, afin de former et accompagner les militants pour que la dimension européenne prenne toute sa place dans l’action syndicale quotidienne ».

Daniel Druesne

Pas de retrait pour la CFDT Retraités

Ombretta Frache, secrétaire nationale de la CFDT Retraités, est montée à la tribune du congrès pour exposer les grands enjeux du syndicalisme retraité : notre action syndicale est de nature à favoriser la qualité de vie et le « bien vivre ensemble ».
Les droits des retraités sont solidement articulés à ceux des salariés. « Vivre dignement signifie le droit à des ressources financières suffisantes, à un accès au logement, aux soins et aux aides dont on a besoin, au libre choix de sa vie. »
Pour la CFDT Retraités, l’amélioration des basses pensions reste une priorité. L’enquête menée en 2013 sur les conditions de vie des retraités aux revenus modestes illustre la situation de plusieurs centaines de milliers de retraités, dont de nombreuses femmes, qui vivent dans la précarité. À l’heure où la situation dégradée des comptes publics et sociaux impose des contraintes aux assurés, dont les retraités, cette enquête conforte l’exigence de protéger les plus démunis. À cet égard, la CFDT peut se féliciter d’avoir été entendue dans sa demande de ne pas geler les pensions inférieures au Smic net.
Face au défi de la population qui avance en âge, le respect de la personne humaine impose une prise en charge universelle et solidaire de la perte d’autonomie. C’est un enjeu de société majeur pour les personnes âgées, pour leurs familles, pour les générations à venir. Nos actions, enquête auprès des retraités, campagne de signatures, ont été déterminantes pour obtenir un projet de loi. La Confédération soutient notre engagement, et la CFDT Retraités maintient la pression pour que la réforme attendue se concrétise.

Salariés, retraités, international : on y était tous

De la défense à l’agriculture en passant par les enseignants ou les métallurgistes, le congrès a été l’expression de la diversité des salariés, avec toutefois un petit bémol sur les TPE PME qui n’ont pas encore trouvé leur terrain d’expression. Et que l’on ne vienne plus nous parler de l’absence de reconnaissance des retraités dans la CFDT ! Ils y ont trouvé toute leur place !
L’assise internationale de la CFDT est bien réelle. De Ndongala N’ Sibu, président de l’Union nationale des travailleurs de la République démocratique du Congo, aux représentants de l’Union générale des travailleurs tunisiens, socle de la raison dans les mutations que traverse la Tunisie, il y a une même communauté d’esprit dans des environnements différents. Et puis, disons-le, au-delà du score et du vote, nous avons à la CFDT un secrétaire général exceptionnel, élu à 98 % des voix et attentif à tous. Merci Laurent !
Joël Bataille, représentant de l’UTR du Val-d’Oise

Joël Bataille a vécu un « congrès mature ». (photo D.Druesne)

La soirée du 50e anniversaire

Le congrès a été marqué par la participation de quatre anciens secrétaires généraux : Edmond Maire, Jean Kaspar, Nicole Notat et François Chérèque, ovationnés par les militants. Il fut aussi l’occasion de célébrer le 50e anniversaire de la CFDT lors d’une soirée où l’actualité politique, culturelle, sportive, internationale et… syndicale, présentée, année après année, dans un prodigieux montage, a permis à chacun de se remémorer les grands moments d’une existence d’engagement et de militantisme inscrite dans les événements du moment.