Notre congrès 2015


« À nous de démontrer l’utilité de notre syndicalisme retraité »


Voici quelques extraits du discours de clôture de Dominique Fabre, nouvelle secrétaire générale de la CFDT Retraités.

L’engagement dans les associations, en politique, sans oublier la fonction d’aidant familial ou de grands-parents symbolisent les rôles dévolus aux retraités. Mais notre engagement syndical rappelle à la société que le syndicalisme est un facteur important de la citoyenneté.

Un salarié, au moment du départ à la retraite, a en moyenne plus d’une vingtaine d’années à vivre. À nous de démontrer que notre engagement est utile, voire nécessaire.

Sur le maintien du pouvoir d’achat, de nouvelles perspectives doivent être envisagées, avec d’autres modalités d’indexation des pensions. Les basses pensions doivent continuer à nous dans l’objectif d’améliorer concrètement les conditions de vie de ces retraites, des femmes surtout qui vivent dans la précarité.

Le projet de loi d’adaptation de la société au vieillissement de la population est en marche. La CFDT Retraités continuera à agir pour que ce projet de loi devienne une réalité. Mais nous ne nous arrêterons pas au milieu du gué, la réforme sur les Ehpad ne doit pas être abandonnée. Nous continuerons à agir en ce sens.

Nos actions pour développer les conseils de vie sociale doivent s’amplifier. C’est une traduction de l’aide de proximité incontournable pour les personnes en établissement mais aussi dans le cadre du maintien à domicile.

D’autres dossiers concernent au-delà de notre sphère, l’ensemble des citoyens.

Le logement est un dossier transversal entre les générations. L’enquête sur ce sujet sera, j’en suis convaincue, riche d’informations et nous permettra après un état des lieux, de formuler des propositions.

L’accès à la santé concerne beaucoup les personnes âgées. Mais la désertification de certains territoires par les personnels de santé et les dépassements d’honoraires ne touchent-ils pas l’ensemble de la population ?

L’intérêt que vous avez porté à table ronde sur le « mieux vivre ensemble dans notre environnement » témoigne du besoin de nous confronter avec divers interlocuteurs afin d’avancer ensemble au mieux de diverses générations. Notre engagement dans la cité pour un mieux vivre ensemble doit se concrétiser par un travail plus élaboré avec l’association « Ville amie des aînés ».

Trop de retraités restent dans les syndicats de salariés. Notre développement doit s’accentuer. Le dispositif « réponse à la carte », les services aux adhérents, la formation avec entre autres « Bien préparer sa retraite » font partie des outils de développement qu’il nous faut renforcer.

Ces quatre prochaines années ne vont pas manquer de travail et d’action, y compris au niveau européen.

À nous de démontrer l’utilité de notre syndicalisme retraité, d’en développer l’attractivité, d’informer et de communiquer en interne et en externe.