Stats et études


Arles, carrefour des sud


Camarguaise et provençale, elle est à cheval sur le Rhône entre ces deux entités, balayée par le mistral, avec une lumière extraordinaire qui a ébloui Van Gogh. Arles, c'est une impressionnante accumulation de vestiges architecturaux et de cultures au fil des siècles.

Les grecs colonisèrent l’endroit dès le VIe siècle avant J-C. Le consul Marius fit relier Arlate au golfe de Fos par un canal. César, en 104 avant J-C, en fit une colonie prospère avec port maritime et fluvial et un carrefour de sept routes au total. Au fil des siècles, la colonie romaine se développe, rempart, forum, temple, basilique, thermes, théâtre, aqueduc depuis les Alpilles, amphithéâtre, chantiers navals de chaque côté du Rhône.

L’empereur Constantin s’installe à Arles et vers 395, il fait modifier le quartier nord-est pour construire un palais impérial et les thermes de la Trouille. Arles devient un centre important qui bat monnaie et qui exporte autour de la Méditerranée.

Au VIIIe siècle, les Francs et les Sarrasins se disputent le pays et un siècle plus tard, Arles n’est plus que l’ombre d’elle même. Un renouveau s’instaure au XIIe avec Frédéric Barberousse, mais la ville ne redeviendra plus ce pôle important malgré son rattachement à la Provence et l’on parle d’Arlésiens ou d’Arlatens (en provençal).

Un centre « monumental »

Parmi un patrimoine important, relevons :
L’amphithéâtre de la fin du 1er siècle est majestueux (136m sur 107). Au Moyen Âge, les arènes deviennent une ville dans la ville avec des constructions. Mutilé mais préservé par cette utilisation, le monument nous donne l’idée de son dimensionnement.

Les Alyscamps, les Champs Élysées de l’époque gallo-romaine avec un cortège de tombeaux et de mausolées gravés d’inscriptions.

Le théâtre antique (102m de diamètre), carrière au Moyen Âge, fut dégagé fin XIXe. Le fossé du rideau de scène, l’orchestre et une partie des gradins sont visibles.

Si vous avez un peu de temps, ne partez pas sans voir le Palais Constantin (les thermes de la Trouille) datant de Constantin (IVe siècle), les plus vastes de Provence (98m sur 45m), l’église Saint-Trophime avec son magnifique portail et son cloître sculptés par des artistes de Saint-Gilles…

De Van Gogh à Mistral

Le palais Luppé du XVIIIe, siège de la Fondation Van Gogh, l’espace Van Gogh dans l’ancien Hôtel Dieu : Van Gogh arrive à Arles le 21 février 1888, découvre une lumière extraordinaire, des paysages et laissera sa trace indélébile.

Le Musée d’Arles et de la Provence antique abrite de riches collections d’archéologie mais aussi maquettes, mosaïques, sarcophages, vie quotidienne et économique.

Le Musée Réattu du peintre arlésien Jacques Réattu mais aussi des œuvres italiennes, françaises, hollandaises et provençales du XVIe au XVIIIe sans compter la donation Picasso (51 dessins).

Le Musée Arlaten, passionnant musée ethnographique permet d’évoquer Frédéric Mistral et son amour pour la Provence.

Des alentours aussi merveilleux

La Crau, vaste plaine de graviers et de galets entre les hauteurs de Saint-Mitre, la mer, les Alpilles et le Rhône. Zones de cultures fruitières et maraîchères mais aussi le royaume de la transhumance et du mérinos.

La Camargue avec ses manades et ses taureaux noirs, ses flamants roses prenant leur envol…. Un spectacle unique.

La maison du Parc naturel régional de la Camargue et le Parc ornithologique à Pont-de-Grau, la plage de Beauduc et ses « pavillons », les Salins de Giraud, la Maison du riz, les Saintes-Maries-de-la-Mer. Tant de sites à découvrir…