Action internationale


Assemblée généale de la Fédération européenne des retraités et personnes âgées


Comment vit-on en Europe les problématiques du vieillissement actif ? Les 27 et 28 juillet 2013 se déroulait à Athènes, l'assemblée générale de mi-mandat de la Ferpa (Fédération européenne des retraités et personnes âgées). 75 délégués provenant de 35 organisations venant de 18 pays de l'Union européenne participaient à cette rencontre.

Au sein d’une Europe perturbée financièrement, économiquement et socialement, l’assemblée générale de la Ferpa a conforté l’importance de la représentation des retraités et personnes âgées au niveau européen et la nécessité de faire reconnaître leurs droits.

Deux points étaient au cœur des interventions de cette assemblée générale : la situation européenne et l’initiative citoyenne européenne portée par la Ferpa. Mais ils ne gommaient pas le contexte du lieu : une ville touchée de plein fouet par l’austérité et les restrictions, et l’accueil des organisateurs grecs qui relevait du défi et de la fierté pour recevoir dans de bonnes conditions les délégations européennes présentes.

Sur la situation européenne, Bruno Costantini, a réitéré le soutien de la Ferpa au peuple grec. Le secrétaire général a ensuite balayé les vingt années d’existence de la Ferpa, consolidées au fil du temps par l’obstination des différents présidents et secrétaires généraux. Il a pointé le rôle de Georges Debrune, fondateur de la Ferpa mais aussi l’intelligence politique d’Emilio Gabaglio, secrétaire général de la CES de l’époque, qui a permis la représentation des retraités et personnes âgées au sein des instances européennes.

Bernadette Segol, la veille de l’assemblée générale de la Ferpa était intervenue au Conseil européen. Au cours de cette audition, la secrétaire générale de la Confédération européenne des syndicats (CES) a rappelé la nécessité d’un véritable contrat social et la priorité que représentent l’investissement et l’emploi. Elle a alerté sur le grand doute persistant sur le projet européen et le risque que cela se traduise par une forte montée des populismes lors des élections européennes.

Initiative européenne

Cette assemblée générale a conforté l’engagement des organisations adhérentes dans l’initiative citoyenne européenne (ICE) votée lors du congrès de Venise en 2010. La Ferpa s’est en effet engagée dans une ICE sur : « Le droit aux soins de longue durée : Vivre dans la dignité et l’indépendance est un droit fondamental ! ». L’objectif est d’obtenir de l’Union européenne, une législation garantissant une protection sociale et un accès aux soins de longue durée pour tous et tout au long de la vie.

Les organisations syndicales françaises de retraités sont parties prenantes dans cette initiative. L’UCR CFDT qui était représentée à Athènes par Michel Devacht, Ombretta Frache et Dominique Fabre, s’est engagée dès le début dans cette action européenne.

Dans les mois qui viennent nous aurons besoin de l’ensemble de nos adhérents pour signer et faire signer individuellement cet engagement européen. 1million de signatures minimum, devront être recueillies au sein de la Ferpa, dont au minimum de 55 000 pour la France.

Dominique Fabre

Une ICE pour faire évoluer le droit européen

Une initiative citoyenne européenne (ICE) est une adresse d’un million d’européens à l’attention de la Commission européenne qui seule à le droit de légiférer, pour l’amener à rédiger de nouvelles lois dans les attributions de sa compétence, même si elle n’y est pas forcée.

L’ICE est donc une démarche citoyenne militante passant par un acte de participation démocratique. Cette ICE permet à chaque citoyen(ne) européen(ne) de faire entendre sa voix sur le type de législation qu’il ou elle souhaite.