Déclarations 2001 à 2003


Attention danger : on casse l’APA


Depuis de nombreuses années, la CFDT revendique une allocation universelle, égalitaire et l’APA mise en place en janvier 2002 rencontre un franc succès malgré quelques imperfections car elle répond aux besoins, aux attentes des personnes dépendantes et de leurs familles.

En décembre 2002, le gouvernement s’apprête à « casser » l’Allocation personnalisée d’autonomie (APA). Prenant prétexte d’un financement insuffisant - alors qu’il s’agit simplement d’une anticipation des besoins financiers, en raison d’une montée en charge plus rapide que prévue - les Conseils généraux ont alerté le gouvernement. Celui-ci relayant la démarche des départements envisage :
- de faire passer le ticket modérateur de 5 à 12 % pour les personnes à domicile ;
- de relever les plafonds de ressources ;
- de réinstaurer le recours sur succession ;
- de « sortir » certaines catégories de personnes dépendantes de l’APA.

Le gouvernement veut faire des économies sur des personnes, des familles dans la détresse et bien souvent avec de faibles ressources, alors que dans la même période, il réduit les impôts. Certaines de ces mesures pénalisent principalement les femmes qui apportent des soins à leur conjoint et qui ensuite subissent la dépendance.

Avec de telles dispositions nous aurons le clone de la Prestation Spécifique Dépendance (PSD) de M. Juppé (1997) qui avait été rejetée par toute la société.

L’UCR refuse la « casse » de l’APA et rejette les pistes de travail du gouvernement qui remettent en cause l’universalité, l’égalité de cette allocation.

L’UCR-CFDT a toujours revendiqué une APA gérée par la Sécurité Sociale et financée par la solidarité.

L’UCR-CFDT demande une concertation avec tous les partenaires sociaux pour améliorer cette allocation et la financer de façon pérenne.

L’UCR-CFDT appelle les salariés, les retraités, l’ensemble de la population à soutenir sa démarche et à préparer l’action si nécessaire.

Communiqué du 25 novembre 2002