Actu revendicative


"Avril te met sur le grill"


Tel un dicton d'antan, le mois d'avril est, chaque année, difficile et utile pour tous les retraités. Difficile parce que c'est à cette date que les dispositions prises pour l'augmentation des pensions de retraites s'appliquent. Et utile parce que cela permet d'aboutir à une gestion responsable des budgets sociaux concernant l'évolution des pensions.

La Commission économique de la nation a prévu une inflation de 1,2% pour 2013 hors tabac. Mais en prenant en compte l’écart (+0,1%) entre l’inflation de 2012 (+1,9%) et la prévision initiale (+1,8%) établie l’an dernier, le taux de revalorisation des pensions pour 2013 s’élève à 1,2% + 0,1% = +1,3%. Et là point de débat. La revalorisation est conforme à la loi.

Pour la partie de revenus concernant les retraites complémentaires des salariés du privé, ce fut plus compliqué. Les déficits étaient abyssaux : 4,5 milliards d’euros à trouver en 2012. Et un besoin de financement évalué à 8,6 milliards d’euros en 2017.

Et c’est là où « Avril est utile » pour intervenir et corriger le réel. Et se sortir de l’impasse par la solidarité. En participant à ces négociations, la CFDT a tenu trois exigences : garantir la pérennité des régimes et leur redonner des marges de manœuvre financières, assurer l’équité dans la répartition des efforts entre entreprises, salariés et retraités, et maintenir la justice sociale pour préserver autant que possible les basses pensions, suivant en cela une proposition de la CFDT Retraités.

Pour Jean-Louis Malys, à côté d’autres mesures qui concernent les actifs et les entreprises, pour ce qui concerne les retraités : « ce sont surtout les cadres les mieux payés qui vont supporter la désindexation des complémentaires… Une désindexation longue pour le régime de base aurait touché les basses pensions. » « Une grave erreur s’il avait fallu en venir là » analyse celui qui a conduit la délégation de la CFDT dans ces négociations.

Mais rien n’est terminé. Après avril vient mai. Et après le grill, la solidarité qu’il sera nécessaire de mettre en œuvre et d’amplifier dans la perspective d’une réforme plus large du système de retraite en juillet.

L’été sera chaud pour la négo !

Michel Devacht, secrétaire général