Notre activité


Le succès constant des journées du patrimoine


Beaucoup de pays dans le monde ouvrent aujourd’hui les portes de leurs monuments publics à leurs citoyens. Cela n’a pas toujours été le cas, il y a encore un demi-siècle, seuls les grands de ce monde avaient accès aux « ors » de leur pays.

C’est maintenant un fait acquis par et pour le peuple, un acte culturel majeur : les citoyens peuvent franchir les portes des palais interdits. Les premières journées du patrimoine ont été lancées en 1984 par le ministère de la Culture français à l’initiative de Jack Lang. Le 3 octobre 1985, suite au succès obtenu en France, Jack Lang proposa, à Grenade, au cours de la deuxième conférence du Conseil de l’Europe, d’étendre l’initiative au niveau européen. Une dizaine de pays européens donnent alors leur accord à cette proposition. Et depuis, cela fait boule de neige dans toute l’Europe et maintenant bien au-delà. En 2010, cinquante États organisent dans leur pays des manifestations dans le cadre des journées européennes du patrimoine.

En France, la 33e édition de ces journées s’est tenue les 17 et 18 septembre, placée sous le thème « Patrimoine et Citoyenneté », une opportunité d’appréhender les lieux et les monuments emblématiques où la citoyenneté s’est construite et dans lesquels elle s’exerce quotidiennement. Comprendre et connaître son patrimoine, c’est aussi comprendre et connaître la société dans laquelle nous évoluons, c’est appréhender les valeurs sur lesquelles elle se construit. Le patrimoine incarne l’idée du bien commun, il symbolise à ce titre le collectif dans lequel tout citoyen peut se reconnaître quelles que soient ses origines. Être un citoyen ; la visite de nombreux lieux historiques et civiques pendant ces journées apportera une réponse pratique. Être citoyen est affaire de conviction et d’engagement dans tous les domaines : éducation, environnement, savoir-vivre, civisme, etc.

Relation unique

Plus de 17 000 lieux sont ouverts au public. Ils dressent un portrait étoffé de la citoyenneté et ses implications. Tout ce qui ressort du patrimoine public est accessible, églises, théâtres, châteaux, mais aussi banques, tribunaux, préfectures, palais de justice, hôtels de ville, chambres de commerce, etc.
Les monuments les plus visités sont ceux de la capitale, en particulier tous les lieux officiels du gouvernement, l’Élysée, les palais Bourbon et du Luxembourg, les ministères, mais aussi des lieux scientifiques ou industriels. Des propriétaires privés s’investissent aussi et ouvrent parfois les portes de leurs demeures historiques.

Contrairement à une idée répandue, la gratuité n’est pas de règle pour tout. Elle est systématique dans les monuments publics dépendants de l’État et les musées ayant le label « Musées de France ». Pour ce qui dépend des collectivités locales ou d’établissements publics, les tarifs sont laissés à l’appréciation du propriétaire.

N’hésitez pas à accompagner vos petits-enfants, à répondre à leurs questions. C’est un moment de relation unique avec eux. Il permet de faire le lien historique vécu par les anciens et leur vie dans le monde d’aujourd’hui.

Georges Goubier

Cette année, 33e édition des Journées du Patrimoine.