Action internationale


Bienvenue à la République de Croatie


Le 1er juillet dernier, la Croatie est devenue officiellement membre de la grande famille de l'Union européenne. Le 28e État membre a été accueilli comme il se doit. Une nouvelle page de l'histoire de l'Union européenne s'écrit.

La Croatie est le second pays de l’ex-Yougoslavie de la zone des Balkans à rejoindre l’Union européenne, après la Slovénie en 2004. Voilà déjà dix ans qu’elle a posé sa candidature d’adhésion.

Depuis le 1er juillet, Neven Mimica, le Commissaire croate a pris place au sein de la Commission européenne. Neuf représentants de la société civile croate siègent comme conseillers au Comité économique et social européen (CESE) le faisant passer de 344 à 353 membres. De même pour le comité des Régions. L’intégration de parlementaires européens croates est réalisée. Les organisations syndicales affiliées à la Confédération européenne des syndicats (CES) sont le SSSH/UATUC (Union des syndicats autonomes de Croatie) et NHS (Syndicat indépendant de Croatie).

Depuis sa liberté retrouvée, la Croatie a engagé un vaste programme de reconstruction et de développement économique. Près de 1 000 kms d’autoroutes ont été construits, et 180 000 logements réhabilités. Le revenu moyen par habitant atteignait déjà en 2009, 64% de la moyenne européenne. Une des originalités de la Croatie, qui compte beaucoup sur son développement touristique, sont ses 1 200 îles, totalisant plus de 6 200 kms de littoral, le 3e plus long de la Méditerranée.

Ivo Josipovic a été investi président de la République, le 18 février 2010, pour une durée de cinq ans. Le fait que soit officiellement arrimée la Croatie à l’Union européenne ne peut que conforter sa démocratie et permettre ainsi de poursuivre la dynamique des libertés dans des domaines tels que la justice, la lutte contre le crime organisé, la corruption et la protection des minorités.

Joyaux patrimoniaux

La Croatie va devoir poursuivre l’adaptation de sa législation en matière de développement rural, de politique sociale, d’égalité des chances et de renforcement de sa capacité administrative.

Des interrogations justifiées vont se faire jour ici ou là : Pourquoi encore élargir l’Union européenne ? Une négociation d’adhésion à l’Union européenne repose que quatre critères à égalité d’importance, fixés en 1993 lors d’un Conseil européen à Copenhague, et renforcés en 1995 :
- au niveau politique : des institutions stables garantissant la démocratie, l’État de droit, les droits de l’Homme, les respects des minorités et leur protection ;
- au niveau économique : une économie de marché viable ainsi que la capacité de faire face à la pression concurrentielle et aux forces du marché intérieur de l’Union ;
- des obligations découlant de l’adhésion, de souscrire aux objectifs de l’Union politique, économique et monétaire ;
- l’adoption de l’intégralité de la législation européenne et son application effective grâce à des structures judiciaires et administratives appropriées.

Bienvenue donc au peuple croate tout entier. Prenez votre place dans la famille européenne. Merci de nous faire partager votre culture, vos joyaux patrimoniaux, votre langue… Faites-nous encore mieux vivre « L’Unité dans la diversité ».

Jean-Pierre Bobichon

Indépendance ensanglantée

Vieille nation et jeune État européen peuplé d’environ 4 300 000 habitants, la Croatie est indépendante depuis 1991. Sa démocratie voit le jour dans des conditions difficiles. Cette année-là, le processus de démocratisation de l’ex-Yougoslavie est refusé par la classe dirigeante serbe. La Croatie est amputée du quart de son territoire. Le pays partiellement occupé a contraint sa population à prendre les armes pour assurer sa liberté d’expression, notamment par les urnes. Après 15 000 morts et des centaines de milliers de réfugiés, la Communauté internationale reconnaît en 1992 l’indépendance de la Croatie.