Notre activité


« Bruxelles et Paris, même folie » par Dominique Boucher (Ipse)


L’Institut de la protection sociale européenne (Ipse) possède un bureau à deux pas de la station de métro Maalbeek où s’est produit un des deux attentats en Belgique. Dominique Boucher, son délégué général, présent au moment du drame, témoigne.

Voilà une journée qu’on aurait tant voulu toute autre, ce mardi 22 mars 2016. L’attentat à l’aéroport de Zaventem est déjà connu lorsque je quitte les locaux de l’Institut de la protection sociale européen, square Gutenberg à Bruxelles.

Alors surgit un convoi de camions de pompiers, vrombissant, sirènes hurlantes. Le quartier, dît européen, ne sera que sirènes des heures durant. Devant notre vieil immeuble, ont défilé en concert incessant, des ambulances, des véhicules de la police…

Maalbeek est une station de métro située à quelques centaines de mètres d’une voie verte et calme. Nous y cheminons fréquemment vers le Comité économique et social européen (CESE). Comme l’ont fait hier matin probablement les assassins… Des dizaines de personnes me l’ont rappelé, par appels et messages, tout ce mardi, si long !

Quel soleil, rare dans le Brabant une journée entière, et cette horreur, si proche dans cette station, devenue un terminus pour des femmes et hommes, l’instant d’une explosion !

Le surréalisme belge, si pertinent souvent, fut bousculé contre toutes formes d’intelligence.

Comprendre Bruxelles, comprendre la Belgique

Comprendre Bruxelles c’est la connaître, loin des raccourcis vulgaires de l’ignorance et d’hâtifs jugements de valeurs … sans fondements.

Contrairement à d’autres capitales, comme Londres ou Paris, c’est en s’éloignant du centre de la ville, que l’on a bâti de belles demeures, souvent flamandes et hispanisantes, des espaces souvent dégagés et de quiétudes.

Hormis ce Grand Théâtre qu’est la magnifique Grand’ Place, les « quartiers sensibles » placés ailleurs hors boulevards périphériques (ou « rings) sont ici au cœur de la cité. Ses communes (ailleurs ce sont les arrondissements) comptent 20% de chômeurs, malgré l’emploi fourni grâce à la présence des institutions européennes.

Comprendre la Belgique, ce n’est pas ignorer ses insuffisances dans le difficile exercice de repérages d’endoctrinement meurtrier de jeunes faibles d’esprit. Mais attention à l’invective formulée par le ministre français des finances, recadrée ce matin par son collègue de l’intérieur.

Oui, Didier Reynders, ministre des Affaires étrangères du Royaume, a raison de rappeler que les zones de « non-droit » sont hélas aussi présentes sans des quartiers de la République à Paris. Il faut rappeler la devise de l’Etat Belge : « L’Union fait la Force ». Accolée à la devise « Liberté, Egalité, Fraternité », elles forment le meilleur programme de lutte en profondeur contre ce terrorisme !

Concilier surveillance et libertés

Le Parlement européen adoptera en mai le fameux PNR (Passenger name record ou registre de noms des passagers). Ce vaste fichier recensera sur cinq ans l’identité détaillée et le moyen de paiement de tous les passagers des avions entrant ou sortant de l’espace européen. Considéré comme indispensable pour certains, ce projet d’inspiration américaine n’est pas sans risques sur l’utilisation des données, s’il n’est pas régulé. D’où le souhait du Parlement européen de l’amender sur la protection des données, tant des entreprises que des personnes. Beaucoup s’accordent sur le fait que ce ne sera pas la panacée, il doit se faire en sus de politiques de coordination dont le renforcement des brigades anti-terroristes d’Europol. Il faut concilier une surveillance accrue et le maintien des libertés fondamentales ! Vaste sujet !

Propos recueillis par Jean-Pierre Bobichon

Sculpture dans le quartier européen de Bruxelles

Poser une question

modération a priori

La réponse à votre question sera apportée par un militant retraité bénévole... Merci de noter le numéro de cette fiche pour la retrouver avec la réponse...

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici