UNION CONFÉDÉRALE CFDT DES RETRAITÉS

Notre activité


Carole Delga, présidente de l’Occitanie, répond à nos questions


La CFDT retraités a interviewé Carole Delga, présidente du conseil régional d’Occitanie, sur la désertification médicale et les politiques de transports dans sa région.

Sommaire du dossier
- Faisons vivre la démocratie territoriale
- Compténces et modes de scrutin des régions et des départements
- La CFDT à l’action dans le Nord-Est toulousain et Tarn
- La CFDT incontournable au CESER
- Des actions pour les territoires
- Carole Delga, présidente de l’Occitanie, répond à nos questions

Fil Bleu. Quels soutiens apporte la région aux maisons de santé face aux risques de désertifications médicales dans les zones en voie de dépeuplement ?

Carole Delga

Carole Delga. L’offre de santé et l’accès à des soins de proximité sont des enjeux majeurs d’aménagement du territoire et d’égalité. Le contexte est marqué par la baisse du nombre de médecins généralistes, les inégalités territoriales et les besoins croissants de soins médicaux dus au vieillissement de la population. Le soutien de la région aux projets de création et d’extension de maisons de santé est crucial.
Favoriser le regroupement de praticiens afin de faciliter l’exercice de la médecine ambulatoire, ainsi que la continuité et la coordination des soins pour une meilleure prise en charge de la santé des patients. Maintenir et développer, aussi, un égal accès aux soins dans les territoires menacés de désertification médicale. Nous nous engageons sur un objectif de solidarité avec les populations, avec une attention particulière dans les zones de montagne.
La crise sanitaire a révélé la nécessité d’une réorganisation du système de santé en France. J’ai proposé que les régions puissent assurer l’entretien et la rénovation des centres hospitaliers, ou encore gérer la répartition des professionnels de santé pour une adéquation entre les décisions prises et les besoins réels dans les territoires.

Quelles sont les politiques de transports pour soutenir les personnes vieillissantes mais aussi les populations isolées, les jeunes, les précaires ?

Je me suis fixé un objectif, développer l’usage des transports en commun, particulièrement le train. Nous mettons tous les moyens en œuvre. Investissements massifs sur les chemins de fer, garanties sur la ponctualité, confort des voyageurs dans des rames rénovées, engagement pour la réouverture de lignes… et surtout, baisses tarifaires inégalées en France.
Depuis février 2020, outre les vingt trajets gratuits proposés tous les six mois aux demandeurs d’emploi et bénéficiaires du revenu de solidarité active (RSA), la région propose désormais une réduction de 75 % sur tous leurs trajets supplémentaires.
Je souhaite aller plus loin et proposer une offre inédite aux nouvelles générations. Privilégier le train peut être difficile lorsque l’habitude de la voiture s’est installée. Pour modifier profondément les habitudes de mobilité, nous proposons d’expérimenter la gratuité pour les voyageurs réguliers de moins de 26 ans sur l’ensemble de l’Occitanie. Cette nouvelle offre est un véritable pas en avant pour atteindre notre objectif des 100 000 voyageurs par jour à l’horizon 2030 et réduire l’empreinte carbone de nos déplacements.
Nous avons mis en place le transport à la demande, comparable à un service de taxi. Il répond aux particularités des zones rurales peu desservies par les lignes régulières. Service de proximité par excellence, il prend en charge et ramène les personnes isolées à leur domicile.

Quelles sont les préconisations pour la région au sujet de l’environnement : train hybride, bus hydrogène…

La région fait de l’innovation une priorité. Nous misons, aux côtés de la SNCF, sur l’expérimentation de matériels moins énergivores et plus respectueux de l’environnement.
Le premier prototype de train hybride circulera en Occitanie en 2022, le train à batterie rechargeable sera expérimenté en 2023 et le train à hydrogène est attendu pour 2025.
Pour ma part, je livre une bataille sans relâche pour le développement de la filière française de production d’hydrogène vert. J’ai engagé l’Occitanie dans cette démarche de production et d’utilisation de cette énergie. Le récent appui par le gouvernement de cette ambition est un pas important, qui nous permet, dès aujourd’hui, de valider notre commande de rames à hydrogène vert. C’est une excellente nouvelle pour l’avenir du train en France mais également pour le site Alstom de Tarbes, où est construite la motorisation hydrogène.

Entretien réalisé par Danielle Rived

Pour en savoir plus

Le site du Conseil régional Occitanie
Le site du Céser d’Occitanie