Stats et études


Combien de départs en retraite avec décote ou taux minoré ?


Un assuré n'ayant pas la durée d'assurance requise, ni l'âge d'obtention du taux plein (entre 65 et 67 ans) et ne pouvant bénéficier de mesures dérogatoires (inaptitude ou invalidité) peut percevoir une retraite mais à taux minoré.

La réforme de 2003 a modifié la décote en réduisant le coefficient de minoration. Cette baisse favorable à l’assuré est échelonnée dans le temps selon la génération, née en 1953.

À terme le taux minimal s’établi à 37,5% contre 25% avant la réforme, le taux plein étant fixé à 50%.

Sur la période 1994-2004, la part des départs à taux réduit diminue. Sur la période 2004-2010, cette part augmente, en particulier pour les femmes : 12,1 % en 1994, 6,6 % en 2004 et 9,6 % en 2010 (voir graphique).

En 2010, 58 000 nouveaux retraités ont liquidé une pension à taux minoré, soit 8,7 % des nouveaux retraités de droits directs contributifs. Les femmes sont plus nombreuses que les hommes parmi les retraites à taux réduit. Près de 46% des femmes qui liquident une pension à taux minoré ont le taux maximal de décote.

Ces assurés sont en grande partie en situation d’inactivité avant le passage à la retraite.

En 2010, le montant moyen des pensions à taux réduit est nettement plus faible que celui des pensions servies à taux plein, respectivement 271 euros par mois contre 610 euros pour les pensions servies à taux plein.

Les assurés qui partent avec une pension à taux minoré perdent notamment le bénéfice du minimum contributif.

Source : Cadrage n°17 d’Études, recherches et statistiques de la Cnav.