Actu revendicative


Congrès : atelier amiante


« Quelles sont les raisons pour lesquelles un syndicat de retraités s'investit dans une réflexion sur les maladies professionnelles et notamment l'amiante ? ». Telle était la question.

Une vingtaine de participants, représentant 15 UTR et 5 UFR ont assisté à cet atelier.

Les dégâts occasionnés par l’amiante sur la santé des salariés préoccupent la Confédération CFDT mais aussi l’UCR-CFDT car les effets sont à retardement et apparaissent bien souvent quand nous sommes en position d’inactivité professionnelle.

Reconnaissance de la maladie professionnelle et indemnisation correcte ont été pendant des années, pour les victimes, synonyme de contentieux judiciaire très lourd.

Le FIVA, un progrès

Avant le FIVA (Fonds d’Indemnisation des Victimes de l’Amiante), le salarié n’avait qu’une solution pour faire reconnaître ses droits, « le tribunal », en invoquant une faute inexcusable de son employeur, procédure longue (5 ans), coûteuse (rémunération d’un avocat) avec le risque d’être débouté (les employeurs ont aussi des avocats).

Les montants des indemnisations accordées par le FIVA sont en net progrès par rapport à ceux de la sécurité sociale qui ne prennent pas en compte les préjudices extra-patrimoniaux mais restent inférieurs à ceux des tribunaux lorsque la faute inexcusable de l’employeur est reconnue.

Mais au delà de l’amiante, c’est le problème de la réparation équitable de toutes les victimes du travail qui est posé.

Un siècle après la loi de 1898, le système de réparation des accidents du travail et des maladies professionnelles doit être repensé.

Les enjeux sont énormes, la responsabilité du mouvement syndical et des associations de victimes aussi.

Orientations à retenir

- Aide au montage des dossiers des adhérents.
- Orientation des victimes sur les choix (FIVA ou contentieux).
- Faire connaître notre action aux retraités.
- Monter des permanences actifs/retraités.
- Informer les nouveaux retraités.

L’UCR est à votre écoute pour vous aider et vous communiquer les coordonnées de militants CFDT.

Enfin, nous ne pouvons terminer ce bref compte-rendu de l’atelier amiante sans déplorer le peu de participants des UTR ; certes, il n’est pas très réjouissant d’aborder les problèmes de maladies, des handicaps provoqués par le travail, mais comment défendre efficacement nos adhérents sans un minimum d’investissement des militants.