Actu revendicative


Congrès : atelier syndicalisme et associations


A la question « y a-t-il incompatibilité entre l'action syndicale et l'action associative ? », les participants à l'atelier ont répondu non. Pourquoi ?

Pendant presque quatre heures, les 54 délégués rassemblés sur le thème « syndicalisme et associations » ont pu :
- s’exprimer et échanger sur leurs expériences de relations de syndicalistes avec ou dans les associations ;
- bénéficier de l’apport de Marie Geoffroy, sociologue à l’ISST de Sceaux ;
- entendre le témoignage de Fernand Cruau , retraité CFDT, président de Anjou Domicile, plate-forme départementale qui regroupe 114 associations de services à domicile sur le département de Maine et Loire.

L’objectif des travaux de l’atelier était de clarifier et de réfléchir sur les relations en le syndicalisme retraité et les associations et de répondre à deux questions : « Il y a-t-il incompatibilité entre l’action syndicale et l’action associative ? ».
A quelles conditions peuvent s’instaurer des relations voir des actions communes entre le syndicalisme et des associations.

Tout d’abord le questionnaire préparatoire, auquel avaient répondu la majorité des
participants, a permis à chacune et à chacun de faire partager ses attentes et de se positionner par rapport à son expérience associative sur le terrain. Car le premier échange entre les participants a mis en évidence le fait que une majorité de militants syndicaux étaient également engagés dans une associations.

À partir des études réalisées, Marie Geoffroy situe les retraités dans les associations. Elle indique que sur 100 membres d’associations 47% ont plus de 60 ans. Elle trace le profil du responsable associatif : c’est un homme âgé entre 60 et 70 ans, niveau social cadre et intermédiaire disposant de relations sociales autres que professionnelles.
Elle note qu’alors que la population féminine est majoritaire chez les retraités les responsabilités associatives sont essentiellement masculines.

Fernand Cruau pour sa part a fait partager son expérience de retraité militant CFDT au sein de l’association qu’il préside. Il a tenté de démontrer que selon lui il n’y avait pas incompatibilité entre son militantisme syndical et son engagement associatif, dès lors que les valeurs de référence : respect de la dignité, solidarité, démocratie, citoyenneté, primauté de l’homme sur l’argent, autonomie, émancipation étaient erspectées dans le fonctionnement de l’associations.

Le débat qui a suivi n’a pas permis de conclure de manière définitive. Trois éléments ont cependant été dégagés par les participants,
- la nécessité de bien distinguer le rôle du syndicalisme de celui des associations, la question de la légitimité du syndicalisme a été largement évoquée,
- le fait qu’il n’y pas incompatibilité a agir dans le syndicalisme et dans une association,
- enfin l’impérieuse nécessité de développer le syndicalisme de proximité pour être en prise directe avec les besoins des retraités et agir pour y répondre.

A noter que les participants à cet atelier ont manifesté, à travers le questionnaire d’évaluation, leur satisfaction et ont souhaité que le produit de cette réflexion puisse être repris dans les réunions des UTR et ULR.