Stats et études


Consommation de soins dépend aussi des revenus et de la mutuelle


Les caractéristiques socioéconomiques et le bénéfice d'une assurance maladie complémentaire (ou mutuelle) influent sur la consommation de soins. C'est l'enseignement principal d'une étude de la Drees.

Alors que la consommation de soins des personnes issues de milieux sociaux favorisés est plutôt tournée vers les soins ambulatoires (de ville), celle des plus modestes a tendance à privilégier les soins vers l’hôpital. C’est le cas des personnes issues de ménages dont la personne de référence est ouvrière ou n’a pas reçu d’éducation secondaire, ainsi que des personnes issues de familles monoparentales.

Les personnes bénéficiant d’une assurance complémentaire engagent des dépenses ambulatoires supérieures de 29% à celles des personnes qui en sont dépourvues. Les bénéficiaires de la CMU complémentaire engagent quant à eux des dépenses de médicaments et d’omnipraticiens supérieures à celles des autres assurés complémentaires.

Les déclarations portent sur le renoncement aux soins pour des raisons financières, qui concernent essentiellement les soins dentaires, optiques et de spécialistes, sont réduites de plus de moitié quand les personnes sont couvertes par une assurance complémentaire.

Le graphique ci-dessous l’explique bien.