Nos sites locaux


CFDT Retraités de la Corrèze

Nos coordonnées

CFDT Retraités Corrèze (UTR) Réunion de l'Assemblée Générale
- 19 rue Jean Fieyre
- 19100 Brive
- 06 41 36 80 92
- courriel : retraite-cfdt@hotmail

Notre Bureau

  • Secrétaire Général : Bernard LARUE
  • Secrétaire Adjoint : Norbert STAWOWY
  • Trésorière : Françoise PENICAUD
  • Trésorière Adjointe : Anne - Marie JAEGLE

Nos permanences

à venir

Coordonnées UD 19

Union Départementale de Corrèze

La CFDT Retraités de la Corrèze, se fait l’écho de l’exaspération des retraités, suscitée par l’empilement de mesures qui menacent le pacte social. Elle appelle tous les retraités à manifester leur colère, le 4 octobre prochain.

Les retraités dans l’action le 4 octobre

Pour les retraités, l’année 2018 est une année noire. Après la hausse de la CSG sans contrepartie, le gel de la revalorisation des retraites en 2018 décidé en même temps par le gouvernement est une provocation supplémentaire envers les retraités.

Les pensions de retraite ne sont pas des aides sociales : ce sont des droits acquis par des cotisations payées tout au long de la vie professionnelle. Ces cotisations ont servi à payer des personnes alors à la retraite. La décision du gouvernement fait des retraités, cette fois encore, une simple variable d’ajustement à court terme des politiques financières publiques. Cette décision marque une rupture avec le pacte social. C’est inacceptable !

Déclaration de la CFDT retraités

le samedi 22 Septembre 2018

L’UTR CFDT de la Corrèze organise une distribution de tracts, dans le cadre de la journée d’action des retraités du 4 Octobre 2018.

A Brive, Rendez vous devant le Théâtre à 10heures avec Bernard LARUE et Yvonne BELLAN,

à Tulle, rendez vous à 10 heures devant “Le Caveau” avec Jean-Jacques CHASTANET, Jean-Luc RONDEAU et Gérard BOURG

Nous proposons aux adhérents disponibles de venir se joindre aux membres du Conseil pour cette distribution de tracts.

La CFDT dénonce les mesures gouvernementales annoncées sur les retraites

Nous publions le communiqué de presse commun de Frédéric SEVE, secrétaire national de la CFDT et Dominique FABRE, secrétaire générale de l’Union confédérale CFDT des retraités en réponse à l’annonce du premier ministre dans le Journal du Dimanche sur les retraites.


L’annonce par le Premier ministre d’une sous-indexation des pensions par rapport à l’inflation en 2019 relève d’une logique budgétaire injuste et inquiétante pour les retraités. Cette mesure est injuste parce qu’elle pénalise une fois de plus les retraités, notamment les plus basses pensions. Les pensions déjà bloquées en 2018 n’augmenteraient que de 0,3% pour 2019 et 2020 alors que l’inflation vient de passer les 2% en rythme annuel.

Le gouvernement est sourd...

Cette dégradation du pouvoir d’achat des pensions vient s’ajouter aux ponctions opérées par la hausse de la CSG de 1,7% dont les effets n’ont pas été corrigés pour les retraités. En effet, le gouvernement est resté sourd aux propositions de la CFDT, notamment à celle de supprimer au moins 1% de cotisation maladie sur les retraites complémentaires des salariés du secteur privé.
La décision du gouvernement fait du pouvoir d’achat des retraités une simple variable d’ajustement de court terme des finances publiques alors que l’indexation sur les prix les prive déjà du partage des fruits de la croissance.

Quelles sont les intentions du gouvernement ?

Au-delà, et à l’aube d’une réforme d’ampleur des régimes de retraite, ce sont les intentions du gouvernement qui interrogent.
Veut-il refonder le système pour le rendre plus juste et plus sécurisant ou veut-il simplement faire des économies ?
Veut-il raffermir le pacte social autour des retraites ou veut-il appauvrir les retraités et accroître le scepticisme des jeunes dans l’avenir des retraites ?

Pour une évolution solidaire des revenus des actifs et des retraités

Pour sa part, la CFDT revendique une évolution solidaire des revenus des actifs et des retraités. Elle ne laissera pas se faire une réforme des retraites sans exiger des engagements pour une meilleure association des retraités aux fruits de la croissance.


Echo de la fédération

PENSION DE RÉVERSION : LE NÉCESSAIRE DÉBAT

“Il n’est pas question de supprimer les pensions de réversion, mais il n’est pas non plus question de poser un couvercle sur ce sujet sous prétexte qu’il est épidermique.” Secrétaire national chargé des retraites, Frédéric Sève appelle à la raison. Lire la suite

PRÉSENTATION DE L’ENQUÊTE PARLONS RETRAITES.*

Au moment où le gouvernement commence des concertations avec les organisations syndicales sur l’épineuse question de notre système de retraite avec une loi prévue à l’été 2019, il est apparu opportun d’occuper le terrain en interrogeant les salariés, les agents publics, les demandeurs d’emploi, les indépendants et les retraités sur ce sujet qui suscite généralement de vifs débats. Ce type d’enquête permet à la fois de donner la parole au plus grand nombre et de montrer une CFDT ouverte et dynamique. C’est également l’occasion d’aborder la question des retraites d’une manière humaine, en prenant du recul sur les débats parfois très techniques ou politiques qui caractérisent ce dossier.
la CFDT s’apprête à lancer une nouvelle enquête, le 12 juin 2018 : Parlons retraites !
Une enquête en ligne accessible sur le site, http://www.parlonsretraites.fr/ proposant 75 questions aux actifs les plus jeunes, 114 questions aux actifs de plus de 40 ans, et 95 questions aux retraités.
Les thèmes vont du pouvoir d’achat à la vie de couple en passant par la santé et les solidarités à préserver ou celles à imaginer. Si, pour les besoins des chercheurs, il est demandé en début de questionnaire des renseignements personnels (âge, profession, etc.), les réponses sont bien entendues anonymes et confidentielles. Et même si la personne décide de laisser son adresse mail (facultatif), il est impossible de faire le lien entre ses réponses et ses coordonnées.

Monsieur le Président, les seniors ne vous disent pas merci

Il y a quelque chose d’indécent dans les propos du président de la République quand il dit «  Merci » aux seniors et qu’il ajoute qu’il ne va pas chercher l’argent dans le portefeuille des retraités. La hausse de la CSG financée par les retraités à partir du 1er janvier représente la bagatelle de 4,5 milliards par an.
Les retraités ne lui disent pas merci pour l’instauration du prélèvement forfaitaire unique plus connu sous le nom de « flat tax » qui allège la fiscalité des plus nantis. Entrée en vigueur au 1er janvier
2018, elle est une véritable aubaine pour les gros investisseurs.
Ils ne lui disent pas merci pour la suppression de la taxe d’habitation, argument spécieux pour faire passer la pilule de la CSG, alors que cette suppression est applicable à tous les contribuables.
Ils ne lui disent pas merci pour le blocage des pensions en 2018 et le report de l’augmentation en 2019.
On lui dira merci si le reste à charge zéro sur les prothèses se met en œuvre sans augmentation des cotisations des mutuelles mais rien n’est moins sûr. Pour l’heure, le coût des complémentaires santé pour certaines catégories de citoyens, dont les retraités, pèse lourdement dans le budget des ménages, alors que les salariés ont obtenu une généralisation de la participation des employeurs au paiement de leurs cotisations.

Nous sommes loin du compte !

Quoi qu’en dise le Président, les pensions de retraite par répartition sont, certes payées par les salariés qui cotisent, mais sont aussi le résultat des cotisations versées. La répartition est un contrat social solidaire qui lie les générations. Ce qui serait juste, c’est que le niveau de vie des retraités soit maintenu. Ce qui est à craindre, c’est que derrière ce « Merci » se cache des considérations économiques qui laissent à penser que les retraités ont une position privilégiée. Dès lors, les risques sont grands de voir fleurir, dans le cadre de la réforme des retraites, des propositions de rééquilibrage des prestations de l’assurance vieillesse au détriment des retraités mais surtout des futurs retraités.
Le coup de pouce donné à l’Aspa (minimum vieillesse) est louable. Ce qui serait juste, c’est qu’aucune pension de retraite, fruit des cotisations d’une carrière complète, ne soit inférieure au Smic net.
Ce qui serait juste, c’est que les pensions de retraite soient indexées sur les salaires et non plus sur les prix.
La CFDT Retraités continuera à revendiquer et à agir pour plus de justice.

Journée d’action des retraités du 14 juin 2018.

L’UCR CFDT au plan national a proposé une intersyndicale des retraités. Au cours de cette rencontre l’UCR CFDT ne pouvant accepter des positions à contre-courant de ce qu’elle défend, la réalisation d’un texte commun n’a pas été possible.
La faute en revient à FO et la CGT qui avaient un fois de plus la volonté de nous isoler.
L’UCR a donc appelé les UTR à la mobilisation pour le 14 juin en laissant à chaque département la décision de la forme d’action possible mais en affirmant bien le positionnement CFDT.
Sans nous en parler, la CGT a localement planifié une manifestation à TULLE sans doute avec le « groupe des 9 » qui compte des organisations non-syndicales.
Notre présence à la manifestation avec une motion différente et une présence d’adhérents CFDT incertaine, n’était pas envisageable.
L’UTR CFDT de la CORREZE a donc décidé un dépôt d’une motion spécifique aux positions CFDT, à la préfecture de TULLE, en début de matinée le 14 juin, en dehors de la manifestation.

MOTION déposée auprès du Préfet de la Corrèze le 14 Juin 2018

à l’intention de

Monsieur le Président de la République

Les retraités CFDT de la Corrèze s’insurgent contre l’absence de contrepartie à la hausse de la CSG qui pourrait être :
• La prise en charge, comme pour tous les salariés, d’une partie de la complémentaire santé,
• l’amélioration de l’Allocation Personnalisée à l’Autonomie pour les personnes à domicile,
• de nouvelles mesures de financement des EHPAD pour améliorer les conditions de vie des résidents et les conditions de travail du personnel,
• la suppression de la cotisation Assurance Maladie de 1% sur les pensions de retraites complémentaires des anciens salariés du privé.

Les retraités CFDT de la Corrèze s’inquiètent du gel des pensions qui perdure depuis de nombreuses années, et qui participe de manière significative à la baisse de leur pouvoir d’achat.
Ils réclament :
• une revalorisation des basses pensions
et
• l’indexation des pensions sur les salaires.

Les retraités CFDT de la Corrèze regrettent que l’attitude du gouvernement privilégie le passage en force des réformes sociales en négligeant la concertation et le dialogue avec les organisations syndicales. Une société ne se transforme pas s’il n’y a pas dans le même temps une confrontation des points de vue.

Quel est le niveau de vie et le taux de pauvreté dans ma commune de Corrèze

Le comparateur des territoires, réalisé par le Compas, bureau d’études spécialisé dans l’analyse des données sociales, en partenariat avec la Gazette des communes et l’Observatoire des inégalités, permet d’accéder à différents indicateurs qui situent les niveaux de vie pour toutes les communes de France métropolitaine. Une nouveauté dans ce comparateur : la mise à disposition du taux de pauvreté pour chaque commune, comparable, comme ces autres indicateurs, à celui de niveau départemental et national.
Rendez vous sur le site (lien ci dessous) définissez la région Nouvelle - Aquitaine, puis le département, et ensuite choisissez la commune. Le graphique qui apparaît compare votre commune à la moyenne corrézienne et à la moyenne française pour le niveau de vie médian et les 10 % les plus riches et les 10 % les plus pauvres.

Niveaux de vie et précarité : où en est ma commune ?

La CFDT au service de ses adhérents

- Guide des droits Pour l’autonomie
Portail national d’information pour l’autonomie des personnes âgées et l’accompagnement de leurs proches
Info pour les personnes âgées