Actu revendicative


Daniel Thollet : la tête, le cœur et les jambes


Mais qu'est-ce qui fait courir ce jeune homme de 68 ans ? En fait, il ne court pas. Il marche et il pédale. Et s'il ne fait pas les Jeux olympiques, le vélo d'appartement n'est pas son loisir préféré !

Daniel n’est pas du genre expansif. Il parle peu, n’intervient que lorsque le sujet fait parti de ses préoccupations directes et particulièrement lorsque l’on aborde les questions finances et développement. C’est son « dada » à l’UTR. « Non, dit-il, je ne suis pas le trésorier. Ce boulot, c’est Janine qui l’assure ». Il n’est pas non plus responsable de la Commission développement, « c’est Robert qui assure la tâche » Alors quoi… ? Eh bien tout le reste.

Personne sur le département de la Loire ne sait mieux que lui comment fonctionne Gessy, le logiciel de gestion des adhérents. Il suit les évolutions de chaque union locale, de chaque section syndicale de retraités CFDT (SSR) : « pourquoi celle-ci ou celui-ci n’a pas repris sa carte ? » Il interpelle les trésoriers.

Bref, il est un maillon fort de la chaîne de l’UTR Loire. De plus, il est le communiquant, le passeur d’info. Tout ce qui descend de la Confédération, de l’Union confédérale CFDT des retraités, il le capte et le rediffuse à tout le réseau. Si Daniel n’existait pas, il faudrait le créer !

Casse-croûte

Fils d’un mineur de fond, l’ex-salarié de la Poste et télécoms où il a passé la majeure partie de sa vie professionnelle est marié avec Marie-Thé, l’ancienne salariée dans les services sociaux en milieu ouvert. Il adhère au syndicat en 1964, s’éloigne un peu pour adhérer quelques années au PCF, dans une période où le programme commun ouvrait des perspectives inespérées à certains. Il n’a cependant jamais quitté la CFDT. Il y assurera des responsabilités syndicales, en particulier aux commissions d’administration paritaires de la Poste.

Aujourd’hui Daniel partage le plus clair de son temps entre le social et le sport, les deux s’alliant parfois. Pendant que Marie-Thé milite au Secours Populaire et un peu encore à l’Asseco, l’association de consommateurs de la CFDT, lui aussi va au Secours Populaire, mais pas sur les mêmes créneaux. Il organise dans un groupe chaque année la journée marche, divisée en quatre parcours de 10 à 25 Km. Il reconnaît les parcours, fait le fléchage et assure le casse-croûte aux participants.

Prix symbolique

Chaque semaine Daniel organise des sorties de 13 à 20 Km sur la commune. Il marche avec l’AS PTT.

Au programme de l’été dernier : le tour des Ancantas dans les Pyrénées espagnoles, une semaine et des dénivelés de plus de 1 800 mètres ! À d’autres périodes, le Toubkal dans l’Atlas Marocain, le tour du Mont Blanc et pour l’humanitaire dans un village du Sahel sénégalais des actions d’adduction d’eau, une aide en collaboration avec la commune de Saint-Jean-de-Bœuf pour scolariser des enfants.

Et puis il y a le vélo. Avec deux autres militants CFDT, il a passé une semaine en Espagne en couvrant en moyenne 100 bornes par jour. Il y a même quelques années, avec une dizaine de copains cyclistes il est allé assurer le jumelage de Teuchern (Allemagne) avec leur commune de Saint-Jean-de-Bœuf. 1 400 Km en 10 jours. Pas mal !

Daniel et Marie-Thé n’en restent pas là. Ils envisagent avec la municipalité d’ouvrir pour la fin de l’année un magasin solidaire avec des produits de première nécessité vendus à des prix symboliques.

Avec pareil gaillard, nul besoin d’escaliers mécaniques. Le fabriquant ne ferait pas ses affaires !

Georges Goubier

Daniel Thollet : La marche, le vélo et un maillon de la chaîne de l’UTR de la Loire.