Actu revendicative


Dans la crise, les retraités sont solidaires


Malgré l’implication rapide des pouvoirs publics pour aider par des prêts les banques puis l’industrie automobile, la crise se développe. Conséquence : chômage partiel et fermeture d’entreprises avec ses « charrettes » de licenciements. Les salariés sont les premiers touchés. La relance des pouvoirs publics les oublie. Et pourtant, ils ne sont en rien responsables de la situation actuelle. Ils n’ont pas à payer au prix fort la dégradation de la conjoncture économique.

Les plans de licenciements se poursuivent sans espoir de retour à l’emploi à court terme. Bien au contraire. Le nombre de chômeurs augmente quotidiennement.

Les effets négatifs de la crise sur l’activité économique préoccupent également les retraités. Dans l’immédiat, nous nous inquiétons pour l’emploi de nos enfants, de nos petits-enfants. Mais nous avons aussi des craintes concernant l’avenir de la protection sociale.

Certes, nos systèmes de retraite, basés sur la répartition, démontrent leurs qualités. Certes, ils jouent un rôle de tampon et d’atténuateur de conséquences. Mais jusqu’à quand ? Les retraites sont financées par les cotisations des salariés, ceux ayant un emploi. Les risques sont grands de voir une remise en cause si la crise perdure.

Face à cette situation inédite, la CFDT fait des propositions et prône une autre relance pour plus de justice sociale. Elle revendique la mise en place d’un fonds d’investissement social qui soit à la hauteur de la situation que nous vivons. Comme le précise l’Insee, le pouvoir d’achat des ménages diminue. La CFDT demande que le pouvoir d’achat de tous soit soutenu pour relancer la consommation et l’économie afin de diminuer les difficultés des entreprises. La CFDT demande que les retraités soient plus aidés pour des emplois à domicile, créant ainsi des emplois.

Au niveau européen, le « chacun pour soi » met tout le monde en péril. L’absence de vraie coordination conduit chaque pays à faire en fonction de ses moyens et de ce qu’il pense être ses intérêts. La CFDT estime indispensable une politique de relance concertée.

Toutes ces exigences nous confortent à être solidaires.

Le forum de cet article est clôturé.