Déclarations de 2004 à mi 2007


Défendre le pouvoir d’achat des retraites


Les Unions confédérales de retraités FO, CGT, CFDT, CFTC, CFE-CGC et la FGR-FP n'acceptent pas l'intransigeance du Medef qui, résolu à ne pas revoir à la baisse sa proposition de revalorisation du salaire de référence, a refusé la revalorisation de la valeur du point ARRCO et AGIRC au 1er avril 2006 (voir également notre article sur ce sujet).

Les Unions confédérales de retraités FO, CGT, CFDT, CFTC, CFE-CGC et la FGR-FP condamnent la position des représentants du Medef qui, lors des conseils d’administration de l’Arrco et de l’Agirc ont adopté une attitude étrangère à un comportement de véritable partenaire « social ».

Cette décision pénalise lourdement le pouvoir d’achat de plus de 12 millions de retraités du secteur privé.

L’absence de revalorisation des retraites complémentaires au 1er avril 2006 s’ajoute à l’augmentation bien réelle des charges qui pèsent sur les retraités et les pensionnés. Cette décision s’inscrit parfaitement dans la poursuite d’une politique de remise en cause des droits et garanties sociales qui frappe les salariés, les retraités, les chômeurs.

Les Unions confédérales de retraités FO, CGT, CFDT, CFTC, CFE-CGC et la FGR-FP, à l’unisson de leurs confédérations respectives, demandent qu’une réelle revalorisation de la valeur du point des deux régimes soit effective à compter du 1er avril 2006 et cela conformément aux intérêts communs et réciproques des salariés et des retraités. Elles demandent qu’une commission paritaire soit convoquée dans les plus brefs délais afin de sortir de cette impasse.

En cas d’échec, elles appelleront les retraités à créer le rapport de force pour faire revenir le patronat sur ses positions de blocage et réaffirment leur détermination à :
- défendre le pouvoir d’achat des retraites
- pérenniser les régimes de retraite par répartition
Paris, le 11 avril 2006.