Notre activité


Des mesures qui font fi du devoir d’humanité et de santé publique


Michelle dénonce les mesures de restriction pour l’accès aux soins des étrangers.

Le gouvernement vient de faire voter des mesures de restriction pour l’accès aux soins des étrangers : limitation des soins pris en charge au titre de l’aide médicale d’État (AME) pour les étrangers en situation irrégulière, et instauration d’un délai de carence de 3 mois pour pouvoir bénéficier de la protection universelle maladie (Puma) pour les demandeurs d’asile.

Au lieu de prendre des mesures qui caressent dans le sens du poil les électeurs d’extrême droite, le gouvernement aurait mieux fait d’écouter les associations et syndicats qui travaillent sur ces sujets, notamment parmi les signataires du Pacte du pouvoir de vivre.

Supposer que les migrants profitent du système et évoquer une forme de « tourisme médical » pour des personnes atteintes de maladies graves est déjà en soi humainement intolérable.

Mettre en place un délai de carence pour les demandeurs d’asile, c’est prendre un risque de santé publique et de propagation de maladies infectieuses. Pour les demandeurs d’asile bien sûr, mais aussi pour tous ceux qui sont amenés à les côtoyer.

Deux mesures choquantes que dénonce la CFDT.

Michelle Aribaud