Notre activité


Des pierres et des hommes


Palmyre est une cité située au sein d’une oasis dans le désert de Syrie à environ 200 km de Damas. Sa construction est attribuée au roi Salomon (-1 000 ans avant J.-C.).

À cet endroit, nos lointains ancêtres ont écrit une page de l’Histoire de l’humanité. C’est un joyau classé au patrimoine mondial de l’Unesco. Mais Palmyre est en danger : elle est tombée entre les mains de hordes sauvages qui se sont déjà manifestées de la manière que l’on sait à Mossoul, Nimroud… en Irak.

Pour Palmyre, elles ont déclaré ne pas vouloir s’en prendre aux constructions mais uniquement aux statues que les « mécréants » adoraient auparavant. Même limitée aux statues, cette décision a soulevé un tollé dans le monde. Et on a prié l’ONU d’intervenir au plus vite.

Mais non loin de là, d’autres cris d’alarme sont lancés qui ne rencontrent que peu d’écho. Il s’agit de populations qui ont fui ou ont été chassées de leurs habitations et qui errent à la recherche d’un abri. D’autres ont trouvé refuge dans de vastes camps de réfugiés où elles sont plus ou moins bien acceptées par les locaux.

Ces hommes, femmes et enfants de tous âges vivent dans des conditions épouvantables. Ils souffrent du froid, de la chaleur, du manque d’hygiène et souvent même de la faim. Tout cela dans une indifférence quasi totale.

Faut-il donc sauver Palmyre ? Assurément OUI. Mais devons-nous rester indifférents aux souffrances de millions d’êtres humains ? Assurément NON.
Guy Gouyet

Guy Gouyet (photo DR)