Actu revendicative


Dominique Olivier, CFDT « Un objectif à atteindre avec une exigence de justice »


La CFDT s'est engagée depuis longtemps en faveur du développement durable. Dominique Olivier, secrétaire confédéral CFDT en charge du sujet, répond à quelques questions relatives au réchauffement climatique et rappelle les enjeux en la matière.

Quelles sont les grandes orientations de la CFDT en matière de réchauffement climatique ?

Dominique Olivier. La CFDT soutient très clairement les analyses des experts scientifiques sur les dérèglements climatiques : l’activité humaine est responsable du réchauffement climatique. Il faut donc modifier nos modes de production, de consommation et de vie pour que l’élévation moyenne de la température de la planète ne dépasse pas 2°C. Faute de quoi, les générations futures seraient mises devant des situations tout à fait incontrôlables.

Le syndicalisme mondial est mobilisé pour que cet objectif soit atteint, avec une exigence de justice et de solidarité. Il faut aider les plus pauvres à se développer. Il faut aussi, dans nos pays, assurer un emploi et un revenu aux salariés qui seront percutés par les choix de société pour la préservation du climat. La sécurisation des parcours professionnels et l’évolution des compétences et des qualifications sont plus que jamais des priorités.

A l’occasion de son prochain congrès, la CFDT sensibilise tous ses responsables de syndicats en réalisant un éco-événement : nous tentons de réduire autant que possible l’empreinte carbone du congrès. Économies de papier, de carburants, repas bio, compensation CO2… sont à l’ordre du jour. Le congrès de Tours sera une nouvelle étape avec un événement éco-conçu et des textes engageant l’avenir.


Dominique Olivier, secrétaire confédéral CFDT

En quoi consiste le partenariat entre la CFDT et France Nature Environnement ?

La CFDT a signé avec France Nature Environnement un accord de partenariat dans le but de renforcer notre compréhension mutuelle des problèmes et de favoriser quand cela est possible le rapprochement des points de vue et les coopérations concrètes.

Nous travaillons par exemple à définir ce que pourrait être une économie plus durable pour nos concitoyens. Mais nous avons aussi à surveiller et accompagner la mise en œuvre des engagements du Grenelle de l’environnement. Nous attendons avec impatience les mesures concrètes de la loi Grenelle 2.

Dans toutes nos régions, les évolutions des modes de transports et l’amélioration énergétique des logements sont d’énormes défis à relever pour préserver le climat. La protection de la biodiversité est encore un immense chantier bien mal connu des syndicalistes…

Le nucléaire est-il un moyen de lutte contre le réchauffement climatique ?

Non, le nucléaire n’est pas « LA » réponse contre les gaz à effet de serre mais il fait partie du bouquet énergétique à rééquilibrer.

Nous avons plaidé pour que l’électricité d’origine nucléaire soit aussi taxée au titre de la contribution climat énergie. La gestion des déchets doit trouver une solution fiable.

Comment concilier dette publique et demandes d’aides des pays pauvres ?

Tout est relatif. Ne rien faire pourrait coûter des milliers de milliards de dollars selon le rapport Stern. A propos de dette, c’est nous qui en avons une envers les pays du Sud !

La taxe carbone apparaît aux yeux de certains comme un nouvel impôt ?

Non, cette mesure qui doit encore être affinée n’en est pas un, car elle sera remboursée, et donc neutre en moyenne. Mais si un citoyen s’engage dans les économies d’énergie (chauffage ou carburant) alors il est gagnant. Et des aides sont là pour que tout le monde puisse faire cet effort (voir www.ademe.fr).


Le congrès CFDT de Tours, un événement éco-conçu avec des textes engageant l’avenir.