Notre activité


« Duos de demain » pour parrainer une migrante dans le bonheur


Elvira, 28 ans, a fui son pays, l’Albanie, pour échapper, avec sa petite fille, à la misère, à un mariage forcé, à la brutalité d’un homme alcoolique et féroce. Elles ont toutes deux vécu des moments difficiles pour rejoindre la France. Un court séjour en Italie, où, compte tenu de l’afflux de migrants syriens, elles n’étaient ni prioritaires ni les bienvenues. Arrivées en France, elles vécurent 3 années ici ou là, chez l’habitant ou dans des lieux d’accueil proposés par le CADA (Centre d’accueil des demandeurs d’asile) et des associations.

Irène, retraitée, veuve, femme énergique au cœur immense, face à des images épouvantables reçues chaque jour sur ces migrants ballottés de toutes parts, mais aussi parfois soutenus par des habitants, n’acceptait plus de rester spectatrice.

Elvira était à cet instant dans une petite ville du sud-est de la France, sa petite fille de huit ans à l’école. L’institutrice au contact d’Irène lui parla de l’histoire de ces deux migrantes sans papiers, interdites de travail et dormant au hasard des situations. Sans plus d’hésitation, Irène tendit immédiatement la main à la mère et l’enfant, les amena chez elle et leur offrit les deux pièces de son appartement qu’elle n’occupait pas.

Jamais oublié

Il lui fallait cependant s’assurer de prendre des soutiens plus sécurisants pour leur avenir. Une association locale est venue leur donner les informations utiles pour qu’elles puissent au moins vivre correctement sans être inquiétées par l’administration ou la police. Elle verse une aide qui permet une prise en charge de l’eau, le chauffage et l’électricité.

Douze mois viennent de s’écouler dans une relative quiétude. Elvira possède un récépissé de demandeur d’asile et espère obtenir un titre de séjour qui lui permettrait de chercher du travail. Pour l’instant, elle accomplit les tâches ménagères qu’Irène physiquement diminuée ne peut effectuer. Irène lui apprend la langue qu’elle maîtrise maintenant très bien ainsi que les valeurs qui fondent la citoyenneté française. Quant à l’enfant, cerise sur le gâteau, ses notes à l’école s’envolent. Irène s’attache chaque soir à travailler avec la petite pour les devoirs.

Ainsi va la vie d’un exemple de solidarité. Mais Irène, fille d’immigrés espagnols, n’a jamais oublié ce qu’il en est de cette condition de migrant.

Georges Goubier

Avec l’opération « Duos de demain », parrainez un réfugié

À la suite des drames qui ont marqué l’arrivée des réfugiés, un grand élan de solidarité s’est manifesté au sein de la société française. Pour ne pas laisser sans réponse cette volonté, France terre d’asile a considéré nécessaire d’impulser une grande initiative de solidarité : l’opération de parrainage « Duos de demain ». Le Haut-Commissariat aux Nations unies pour les réfugiés, la CFDT Île-de-France et l’association Agora 21 ont rejoint l’initiative en intégrant son comité de pilotage.
Le parrainage encourage la création d’une relation privilégiée durant six mois renouvelables entre une personne habitant en France de longue date et en situation régulière (parrain ou marraine) et une personne bénéficiant d’une protection internationale (filleul ou filleule).

Les marraines et parrains ne se substituent pas au travail des intervenants sociaux. Leur rôle est de parfaire l’intégration en créant du lien social et en faisant découvrir la société française : amélioration du niveau de français, sorties, lectures, découverte de l’environnement, visites de la ville, de ses parcs et jardins, partage des valeurs, connaissance de la culture, de l’histoire, des institutions, des codes culturels de la société française…

Pour tout contact : Charlotte Dumas. Tél : 01 53 06 64 34 courriel : parrainage@france-terre-asile.org

Accueillir les moments de bonheur partagé !