Notre activité


En 2019, 3 102 € de dépenses de santé par habitant dont 213 € à charge


La Sécurité sociale prend en charge 78,2 % des dépenses de santé en 2019, les organismes complémentaires contribuent à hauteur de 13,4 %. Le reste à charge s'établit en moyenne à 213 euros en moyenne par habitant en 2019.

La Drees (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques) publie « Les dépenses de santé en 2019 ». Ce panorama retrace les comptes de la santé et analyse de façon détaillée la consommation de soins de santé en France et les financements correspondants, qu’ils relèvent de l’assurance maladie, de l’État, des collectivités locales, des organismes complémentaires ou directement des ménages. Les principaux résultats sont replacés dans une perspective internationale.

En France, les dépenses de santé accélèrent légèrement en 2019 (+2,1 % après +1,6 % en 2018 et +1,7 % en 2017). Ce regain de dynamisme s’explique principalement par l’évolution des soins hospitaliers (+2,4 %, après +1,1 % en 2018 et +1,6 % en 2017).

Au total, la dépense de santé, mesurée à travers la consommation de soins et de biens médicaux, s’élève à 208 milliards d’euros en 2019 (8,6 % du PIB), soit 3 102 euros par habitant. Ce montant comprend les dépenses de soins hospitaliers (97,1 milliards d’euros), les soins de ville (56,5 milliards d’euros), les médicaments délivrés en ville (32,6 milliards d’euros), les autres biens médicaux (16,8 milliards d’euros) et les transports sanitaires (5,1 milliards d’euros).

La participation financière des ménages poursuit son mouvement de baisse régulière depuis 2009 pour atteindre 6,9 % des dépenses de santé, soit 213 euros de reste à charge par habitant par an. La Sécurité sociale prend en charge 78,2 % des dépenses de santé en 2019. Cette part a progressé de 0,2 point par rapport à 2018 sous l’effet notamment du vieillissement de la population et du développement des pathologies chroniques qui font augmenter le nombre d’assurés exonérés du ticket modérateur. Les organismes complémentaires (mutuelles, institutions de prévoyance et sociétés d’assurances) contribuent quant à eux à hauteur de 13,4 % de l’ensemble des dépenses de santé. La participation des organismes complémentaires reste globalement stable en 2019, avec une prise en charge importante sur certains postes notamment en optique et plus faible sur d’autres (par exemple, les soins hospitaliers).

En France, la dépense de santé au sens international – qui recouvre la consommation de soins et de biens médicaux mais également les dépenses de soins de longue durée, de prévention et celles liées à la gouvernance du système de santé – s’établit à 11,3 % du PIB en 2018, soit 1,4 point de plus que la moyenne de l’Union européenne. Depuis 2013, les dépenses de santé sont dynamiques au sein des pays de l’OCDE. La France et l’Italie connaissent une hausse de leurs dépenses d’environ 2 % en moyenne par an (1,6 % en 2018), elles progressent d’environ 4 % par an en Allemagne (3,9 % en 2018). La France est toujours le pays où le reste à charge des ménages est le plus faible en part de dépense de santé.

Source : Les dépenses de santé en 2019 - Résultats des comptes de la santé - édition 2020

Jean-Pierre Druelle et François Jabœuf