Notre activité


En France, combattre la pauvreté, c’est combattre les préjugés


L’édition 2020 du livre d’ATD Quart Monde propose d’en finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté, en répondant point par point à plus de 130 préjugés et présentant les moyens d’en venir à bout.

Préjugés entendus dans la vie quotidienne, véhiculés parfois par les médias, repris dans certains discours de personnes publiques ou dans des petites phrases lancées à la volée par des politiques : ces idées fausses touchent tous les domaines.

La définition de la pauvreté, l’emploi, l’économie, les minima sociaux, le budget des familles, la Sécurité sociale et la santé, l’enfance et l’éducation, le logement, la culture et les loisirs, la participation citoyenne et politique, l’environnement et le climat, les Roms…

Pour ATD Quart Monde, transition écologique et éradication de la misère sont un même combat :

Préjugé 129 : « Si les pauvres sortent de la pauvreté, c’est mauvais pour la planète. » Non, si l’on articule bien politiques sociales et écologiques. Souvent on entend dire « agir pour le climat et contre la pauvreté sont incompatibles. Lorsque les personnes sortent de la pauvreté, ils consomment davantage. » On doit pouvoir éradiquer la pauvreté et aller en même temps vers des moyens de vivre plus sobres en s’appuyant sur des changements de comportements. Cela peut-être une chance de renforcer les liens sociaux, d’améliorer la santé de tous et de créer des emplois utiles et durables.

Préjugé 130 : « La taxe carbone appauvrit encore plus les plus bas revenus. » Non, si l’on agit pour la rendre plus juste socialement. Son rôle est de rendre plus cher ce qui est polluant et de permettre aux énergies renouvelables d’être plus compétitives. Proportionnellement, la taxe carbone affecte davantage les revenus modestes, qui ont des budgets chauffage et transport plus élevés en proportion de leurs revenus. Pour corriger cette injustice, il faudrait consacrer une partie de la taxe carbone (environ 9 milliards d’euros en 2018) à compenser son coût pour les familles à bas revenus et à financer des actions pour le climat telles que l’isolation des logements, services de mobilité sobres en énergie…

Danielle Rived