Actu revendicative


Des arguments et des chiffres pour le vivre ensemble


Des arguments pour le vivre ensemble

Jeunes et seniors partagent de nombreuses convictions. Que ce soit pour le rétablissement de l’autorité, le modèle de la famille traditionnelle, malgré l’augmentation des divorces et des séparations.

Les chômeurs veulent retrouver un emploi, même si cela ne leur procure pas un gain financier. Dans huit pays européens, 64% d’entre eux l’affirment (étude Duncan Gallie).

Bouddhistes, juifs, musulmans, athées et agnostiques, la France est le pays d’Europe qui en comporte le plus grand nombre (P.Weil)

Les générations s’entraident entre elles, lorsque les liens familiaux sont maintenus, que ce soit les ainés vers les plus jeunes ou les ascendants vers leurs aïeux.

Les personnes âgées ne sont pas un fardeau pour la société. 85% des citoyens européens (88% des Français) s’insurgent contre cette idée (Eurobaromètre).

12,4 milliards par an, c’est la contribution positive de l’immigration aux finances publiques (ministère des Affaires sociales).

28 % de taux de chômage des jeunes Maghrébins à diplôme égal ou supérieur au bac. C’est le double de celui des jeunes Français dont les parents sont nés en France.

100 000 naissances manquent par an pour assurer le renouvellement indispensable au dynamisme économique et social et au financement de la Sécurité sociale. C’est l’immigration qui participe au renouvèlement des générations en France.

La moitié des 600 à 700 000 retraités qui partent à la retraite chaque année ont une activité bénévole (Ifop).

69% des citoyens disent avoir un ou plusieurs amis musulmans.

La France est le seul pays occidental dans ce cas.

Minima sociaux

 : la France dans la moyenne européenne. Leur montant s’élève en France à 72% du seuil de pauvreté, contre 76% en moyenne dans l’Union européenne (OCDE et ATD).