Stats et études


Enquête sur l’action sociale de la Cnav


Pour la quatrième année consécutive, une enquête a été réalisée auprès d'un échantillon représentatif de 4 500 bénéficiaires de l'action sociale de la Cnav (et Cram, Crav).

Cette enquête constate la satisfaction élevée affichée par les retraités à l’égard des dispositifs de prise en charge qui leur sont proposés, au titre de l’action sociale de la Cnav. Neuf retraités sur dix expriment une opinion favorable quant à l’utilité et au fonctionnement de ces dispositifs.

Voici les caractéristiques principales de la population de la branche retraite bénéficiaire de l’action sociale, en termes de fragilisation économique, sociale et sanitaire :
- 51% des bénéficiaires de l’action sociale sont veufs, 70% vivent seuls ;
- 60% des personnes seules vivent avec moins de 1 000 €, 15% disposent même de moins de 650 € par mois et 49% des couples avec moins de 1 300 € ;
- 28% n’ont pas d’enfant ou les voient moins d’une fois par mois (absence de contacts, aide limitée apportée par l’environnement familial) ;
- 38% ont été hospitalisés au cours des 12 derniers mois ;
- 43% ont un accès peu facile à leur logement.

Cette enquête met aussi en relief des tendances ayant des implications stratégiques notables. Ils ont recensés cinq faits marquants.
- 1. Les personnes ayant quitté, au moment de l’enquête, l’action sociale de la Cnav, se sont très minoritairement (moins de 13%) dirigées vers l’APA. Ce résultat met en cause les modèles linéaires de passage du Gir 6 au Gir 1 ; la porosité entre l’action sociale (Gir 6 et 5) et la compensation de la dépendance (Gir 1 à 4) est peut-être moindre qu’on ne le pensait.
- 2. Le fort caractère de précarité de ce public est confirmé.
- 3. Ce public est sensible non seulement à la qualité du service mais au rapport qualité/prix du « ticket modérateur » : un nombre significatif de répondants sont prêts à payer davantage de leur poche pour un service de meilleure qualité.
- 4. Les messages généraux de prévention ont très peu d’impact sur les comportements : il faut sans doute accentuer dans ce domaine la dimension d’accompagnement humain et personnalisé.
- 5. La demande spontanée des personnes âgées pour des dispositifs facilitant les déplacements hors de leur domicile n’est pas aussi forte qu’on pouvait l’attendre.

Source : Enquête de satisfaction – vague 2008 (Credoc) sur la base d’un échantillon représentatif.