Notre activité


Épuisés, mais fiers de leur travail 3/6


« Tous les personnels de l’Ehpad public de Saint-Christophe près de Pompey se sont mobilisés », souligne Isabelle Thomas, aide-soignante déléguée syndicale CFDT et au CHSCT.

Sommaire du dossier
- Coronavirus, les leçons de la crise 1/6
- Les personnes fragiles et vulnérables au centre de la crise 2/6
- Épuisés, mais fiers de leur travail 3/6
- Seuls, éloignés, ou en couple, les aidants familiaux ont fait face 4/6
- Une autre façon de militer 5/6
- Les personnels mobilisés de façon remarquable 6/6

Les soignants, mais aussi les personnels administratif et technique, les cuisiniers, les cadres, le médecin… Certains ont même souhaité différer leur congé, d’autres ont accepté un temps de travail plus long. L’esprit du travail renforcé en équipe a joué. L’Ehpad de 290 lits répartis en quatre unités attenant à l’hôpital s’est complètement transformé, malgré le même nombre d’agents, mais peu d’absentéisme.

Une autre organisation du travail s’est instaurée pour affronter l’épidémie, une forte présence auprès des résidents confinés en chambre avec des repas et soins adaptés. Les résidents perturbés ont apprécié d’être stimulés, écoutés et de pouvoir communiquer par vidéo avec leurs proches. Les mesures de protection sanitaire et le matériel ont été mis en place bien avant les consignes de l’ARS.

Le retour des visites des familles a été difficile et source de tensions vu les restrictions de liens affectifs. Isabelle a tenu informé le représentant des familles au CVS. Avec aucun décès lié au Covid-19, les agents et les familles ont de quoi être satisfaits. « On est des professionnels qui ont tenu la barre, pas des héros. »

Perturbés et infantilisés

Plusieurs résidents interrogés ont mal vécu le confinement en chambre. Désorientés, déprimés, privés de leurs proches, cet enfermement les a affaiblis. « La psychose sécuritaire de la direction et du personnel a rejailli sur nous, souligne Anne dans le Rhône, nos libertés restreintes nous ont empêchés de parler et de s’entraider entre résidents. On a manqué d’informations. » Son voisin a été touché par l’ennui, un autre contaminé par la télé sur le Covid. Les plus conscients ont le sentiment d’avoir été pris pour des enfants, impression partagée par plusieurs résidents d’autres départements.

Dans les Ehpad les conditions de visite sont très restrictives.