Notre activité


Errances en tous sens


L’immigration surgit tristement et régulièrement dans l’actualité à la lueur d’une série de naufrages mortels en Méditerranée. Près de 22 000 morts ou disparus depuis 2000, 3 400 en 2014, 1 700 en quelques semaines début 2015… Une liste qui s’allonge sans véritablement de solutions à la clef.

Le cas particulier des réfugiés syriens mérite qu’on s’y arrête. Le Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR) table sur 4,27 millions de réfugiés syriens d’ici à la fin de l’année auxquels s’ajoutent les quelque 7,6 millions de déplacés à l’intérieur de la Syrie. « C’est la plus grande population de réfugiés pour un seul conflit en une génération », souligne le haut-commissaire Antonio Guterres. Le gros des réfugiés se trouve dans les pays voisins de la Syrie. Il y a maintenant 1 805 255 Syriens recensés en Turquie, 249 726 en Irak, 629 128 en Jordanie, 132 375 en Égypte, 1 172 753 au Liban et 24 055 en Afrique du Nord. Les quelque 270 000 Syriens qui ont déposé une demande d’asile en Europe ne sont pas comptabilisés dans ces chiffres, ainsi que les milliers d’entre eux qui se sont réinstallés dans différents pays sans s’enregistrer.

Mais au niveau mondial, les lames de fond sont ailleurs. Selon une statistique établie conjointement entre les Nations unies et l’OCDE, on recensait en 2013 environ 232 millions de migrants au niveau mondial ce qui représente 3,2 % de la population de la planète contre 2,9 % en 1990. En vingt-cinq ans, ce chiffre a progressé de 50 %.

L’Europe est la première destination avec 72 millions d’immigrants accueillis, arrivant de peu devant l’Asie (71 millions). L’Amérique du Nord, notamment les États-Unis, reste une destination particulièrement recherchée. L’Afrique, quant à elle, en reçoit 19 millions qui sont pour une large part des intracontinentaux. Enfin, l’Océanie en accueille 8 millions, soit le quart de sa population.

Si l’on entend beaucoup parler d’immigration Nord-Sud, il ne faut pas oublier que cette migration était en 2013 légèrement inférieure à la migration Sud-Sud. Les raisons d’une forte immigration vers le Sud sont de diverses natures comme le besoin accru de main d’œuvre dans des pays dits émergents tels le Brésil ou l’Inde, ou les opportunités vers les pays producteurs de pétrole du Moyen-Orient très consommateurs de main d’œuvre.

Au final les migrants internationaux sont dispersés dans les différentes parties du monde tout en étant concentrés dans dix pays qui en accueillent près de la moitié. Ce sont dans l’ordre les États-Unis (45,8 millions), l’Allemagne (9,8 millions), l’Arabie Saoudite (9,1 millions), les Émirats Arabes Unis et le Royaume-Uni (7,8 millions), la France (7,5 millions), le Canada (7,3 millions), l’Australie et l’Espagne (6,5 millions). La Fédération de Russie est quant à elle dans une situation particulière. Elle en accueille 11 millions qui sont en fait le maintien en son sein de populations de l’ex-Union soviétique.

(Photo Carl Hocquart pour la Cimade)