Notre activité


États généraux de la séniorisation de la société : Contribution citoyenne en faveur d’une politique efficiente et bienvieillante du grand âge


La contribution citoyenne réalisée par les 60 membres du collectif « Les États généraux de la séniorisation de la société » - dont la CFDT Retraités - et co-construit avec plus de 8000 “citoyens participants” se veut une contribution utile pour l'avenir. Il témoigne d’une ambition collective pour que la crise du Covid-19 ne soit pas qu’une parenthèse vite oubliée.

Cette crise a mis en exergue les fragilités structurelles de notre système – sanitaire et médicosocial – et leurs répercussions multiples, à la fois humaines, institutionnelles, organisationnelles, notamment. Elle a également montré les limites d’une pensée cloisonnée et une confrontation inepte opposant les idées politiques, médicales, scientifiques, citoyennes, etc. En outre, elle a montré l’importance d’une démarche plus constructive et la nécessité de s’enrichir du savoir, de l’expertise et de l’expérience de chacun. À ce titre, l’aptitude à répondre à la séniorisation de la société et l’implication citoyenne autour de ce rapport montre l’importance d’une approche politique plus inclusive.

Ce rapport est scindé en deux chapitres :
- en premier lieu, il formule un ensemble de recommandations structurantes en faveur d’une politique efficiente et bienveillante du grand âge ;
- dans un second temps, il s’articule autour de 60 contributions écrites – élaborées par chacun des membres du collectif – ciblant un sujet, une question, un enjeu lié à la séniorisation de la société et sous toutes ses formes.

La CFDT Retraités a pris part au rapport avec une contribution intitulée “Les plus fragiles ont aussi besoin d’éthique” (lire page 53 du rapport) dans laquelle nous posons trois questions :
- Quel respect la société doit-elle à ses aînés ?
- Leur vulnérabilité ne doit-elle pas poser des questions d’éthiques ?
- La vie d’une personne âgée ne vaut-elle pas la vie de n’importe lequel d’entre nous ?

Dans cette partie, nous pointons la notion d’âgisme et nous affirmons que “l’accompagnement du grand âge et de la fin de vie“, c’est la dignité d’une société.

Contribution citoyenne des États généraux de la séniorisation de la société