Notre congrès


Frédéric Sève : « Le militantisme CFDT, c’est un militantisme tout au long de la vie »


Dans son intervention Frédéric Sève, secrétaire national de la CFDT en charge des retraites, a salué le fait que désormais les retraités siègent au sein du Bureau national.

Sommaire du dossier
- Les retraités acteurs dans la société
- Un congrès placé sous le signe de l’engagement
- Frédéric Sève : « Le militantisme CFDT, c’est un militantisme tout au long de la vie »
- Surpris et conquis par ce premier congrès
- Écologie, une préoccupation partagée
- L’avenir de l’Europe interpelle les congressistes
- Table ronde : combattre l’âgisme

« La vie militante, la vie revendicative ne se limitent pas aux portes de la vie active… nous n’avons pas de raison de limiter notre militantisme aux bornes de l’entreprise, aux bornes de la vie professionnelle, aux bornes de la vie active au sens strict ».

Évoquant l’actualité de la Confédération, il s’est arrêté sur le Pacte du pouvoir de vivre. « Avec le Pacte du pouvoir de vivre, l’horizon de nos alliances n’est plus un horizon intersyndical, c’est un virage que nous prenons. Nos partenaires privilégiés, ce ne sont plus nécessairement les autres organisations syndicales. L’important c’est de partager les valeurs et d’admettre qu’on est tous capable de sortir de son petit couloir de nage et nous, syndicat, de nous occuper de ce qui se dit en matière environnemental et les environnementalistes de s’occuper de ce qui peut se dire en matière de lutte contre la pauvreté… Cette démarche ne discrédite pas l’action intersyndicale, celle-ci est toujours souhaitable quand elle est possible, mais ça n’est plus un horizon indépassable pour la CFDT ».

À propos de la réforme des retraites, il a rappelé que « le minimum de pension est un point de passage nécessaire de la réforme des retraites. Cela se concrétise par notre revendication ancienne "une carrière au Smic doit rapporter une pension au Smic" ».

Parmi les nouveaux droits à conquérir il a insisté sur « le développement du droit à la retraite progressive pour décrisper la question de l’âge. La retraite ne doit pas être une retraite couperet. Pourquoi le passage de l’activité à la retraite ne se ferait pas de façon souple, organisée à la volonté autant que possible des personnes ? C’est un moyen d’agir ou de commencer à agir sur l’aménagement des fins de carrière, dans la mesure où la durée d’activité s’allonge et continuera de s’allonger ».

Frédéric Sève pendant son intervention.