Actu revendicative


Gouvernement : la dépendance attendra !


« Une société se juge à la façon dont les enfants traitent leurs parents, ça s’appelle la solidarité des générations, et seulement 20% des familles peuvent assumer toutes ces charges », le candidat Nicolas Sarkozy lors de sa campagne pour les présidentielles.

Mardi 8 février 2011, à l’occasion du lancement officiel du débat national sur la dépendance au palais d’Iéna, le président de la République déclarait : « Je voudrais que la dépendance fasse l’objet de la même appropriation par les Français, qu’elle soit l’expression de la même solidarité que les retraites, la maladie, la famille et le chômage(…) Il s’agit d’ajouter une nouvelle dimension à notre pacte social. »

Le même mois, dans l’émission « Paroles de Français » Nicolas Sarkozy confirmait cet engagement : « J’ai fait de cette question de la dépendance une question centrale. »

Le 14 juin 2011, François Fillon déclarait à Marseille : « Nous avons eu raison de ne pas remettre à plus tard la réforme de la dépendance. »

Dix semaines plus tard, le 24 août 2011, le Premier ministre annonçait : « Traiter ce dossier dans le contexte économique et financier que nous connaissons aujourd’hui, dans l’urgence, ne serait pas responsable. » Il renvoyait le sujet à… 2012.