Notre activité


Guy Vignal au service des droits de l’homme


Adhérent à la CFDT depuis 1969, Guy Vignal, l’heure de la retraite venue, s’est engagé à la Cimade. Depuis 2006, il milite pour l’amélioration de l’accueil des demandeurs d’asile.

Salarié, il a milité à l’Union locale du XIIIe arrondissement de Paris jusqu’à son arrêt et l’Union départementale de Paris, jusqu’en 1999, date de sa retraite. Membre du Conseil fédéral de la FGA puis du Conseil national CFDT du Crédit Agricole jusqu’en 1985, il est aussi engagé à la Mutualité sociale agricole (MSA) jusqu’en 2002.

L’engagement à la Cimade

Pendant les 2 à 3 premières années de sa retraite, il reste adhérent CFDT mais sans s’investir. Un appel d’une responsable de l’Union locale des retraités le convainc de participer à la vie de la structure, réunions mensuelles, forums, etc. Sa famille aussi le pousse à reprendre une activité sociale. Et pourquoi pas la Cimade (Comité inter-mouvements auprès des évacués), qu’il connaît depuis longtemps ? Il y a une permanence dans le XIIIe…

Guy rejoint la Cimade en 2006. La permanence a alors comme mission première d’offrir une domiciliation postale. Les demandeurs d’asile peuvent effectuer leurs démarches, déposer leur demande à la préfecture, obtenir le dossier Ofpra (Office français de protection des apatrides) mais aussi s’ouvrir des « droits sociaux » (couverture maladie universelle, compte bancaire, etc.) et recevoir leur courrier. La dernière loi Asile a modifié les conditions d’accès aux préfectures sans qu’il y ait simplification des conditions d’accueil. C’est d’ailleurs le non-accueil qui prévaut : dublinés (1), utilisation des centres de rétention administrative (CRA) et allongement de la durée de rétention…

Les États généraux des migrations

Il découvre ce qu’il appelle la lourdeur des administrations : files d’attente pour toutes démarches, absurdité de certaines demandes de documents, le non-respect de la loi, notamment, selon lui, à la Préfecture de Paris. « On dit que la France est le pays des droits de l’homme, mais ce n’est pas vrai », dit-il avec amertume. Avec Marie-Ange Piazza, elle aussi militante CFDT retraitée et bénévole Cimade, il prend quelques responsabilités au niveau régional en Île-de-France.

Quand les États généraux des migrations (EGM) sont créés à l’automne 2017 suite au refus du gouvernement de tenir compte des associations d’aide aux migrants, ils participent à la création des EGM 75. Pour lui, le Pacte du pouvoir de vivre relève du même esprit que les EGM, sortir d’une opposition systématique, travailler à l’élaboration de propositions communes et recréer du lien avec la CFDT. Un travail est engagé avec l’URI Île-de-France.

À 80 ans, Guy commence à se dire qu’il est temps de passer la main, enfin, pas complètement. Il assure encore des permanences si besoin, enregistre le courrier. Et il est toujours prêt à répondre aux sollicitations pour une aide au service des droits de l’homme.

Michelle Aribaud

(1) Le règlement de Dublin est un règlement européen qui détermine l’État membre responsable de l’examen d’une demande d’asile dans l’Union européenne.

La Cimade

Créée en 1939, « la Cimade a pour but de manifester une solidarité active avec les personnes opprimées et exploitées. Elle défend la dignité et les droits des personnes réfugiées et migrantes, quelles que soient leurs origines, leurs opinions politiques ou leurs convictions. Elle lutte contre toute forme de discrimination et, en particulier, contre la xénophobie et le racisme. » (Article 1 des statuts de La Cimade).
La Cimade est signataire du Pacte de pouvoir de vivre initié par la CFDT.

Guy Vignal et la Cimade, une belle aventure.