Nous connaître


Histoire d’espérance de vie


Nous avons volontairement intégré l'histoire des pensions (textes en italiques) avec l'histoire des retraités dans la CFDT. Histoire permise par la hausse de l'espérance de vie.

Quelques rappels historiques :
- La majorité de la CFTC décide en 1964 d’être un syndicat laïc et donc de s’appeler CFDT : Confédération française démocratique du travail. La CFDT est donc le prolongement de la CFTC créée en 1919 (Confédération française des travailleurs chrétiens).
- En un siècle, l’espérance de vie progresse autant que pendant les dix siècles précédents. Par exemple, l’espérance de vie moyenne à la naissance passe de 47,7 ans en 1900 à 79,2 en 2001 en passant par 65,1 ans en 1946. C’est pour faire face aux conséquences de l’âge que se sont progressivement créés des régimes d’assurance vieillesse.
- Avant la guerre de 1939-45, seules certaines professions rassemblent leurs retraités dans la CFTC : cheminots, fonctionnaires, ouvriers d’Etat...

1930 : Mise en place des assurances sociales avec une retraite par capitalisation.

1941 : Très forte érosion monétaire obligeant à passer à la retraite par répartition.

1945 : Création d’un régime général de sécurité sociale comprenant l’assurance vieillesse. C’est un régime en annuités, le décompte des droits se fait sur la durée de cotisations.

1946 : Création de l’Association française des vieux travailleurs CFTC. Compte tenu de l’état physique des retraités de cette époque, l’action collective reste limitée.

1947 : La Sécu limitant le montant de la retraite à un plafond, création d’une retraite complémentaire obligatoire pour la partie du salaire des cadres au-dessus du plafond avec l’AGIRC. C’est un régime par points, le décompte des droits se fait à partir du montant des cotisations transformés en points chaque année.

1956 : Création du minimum vieillesse. Toute personne de plus de 65 ans a droit à un minimum de ressources.

1961 : La retraite complémentaire sous le plafond pour tous les salariés du privé continue à s’étendre avec la création de l’ARRCO (régime par points).

1962 : Transformation de l’Association en Fédération des retraités. Regroupe les retraités issus du secteur privé.

1964 : La CFTC devient la CFDT.

1967 : Présentation de cahiers revendicatifs retraités à tous les niveaux. La fédération insiste sur la nécessaire solidarité entre les générations et critique « la triste journée nationale des vieillards ».

1968 : Lors des discussions de Grenelle, la confédération CFDT présente ses revendications pour les salariés et les retraités.

1969 : La Confédération CFDT souhaite une organisation de retraités puissante. Transformation de la Fédération en Union confédérale des retraités (UCR-CFDT) comprenant aussi tous les retraités du secteur public comme du privé.

1971 : L’UCR-CFDT se démarque des « clubs de personnes âgées » et montre les raisons d’être d’un syndicalisme des retraités. Manifestations dans les grandes villes (qui se répéteront régulièrement).

1971 : Loi Boulin passant le taux de la pension de base de 40 à 50% et la durée d’assurance prise en compte de 120 à 150 trimestres (30 à 37,5 ans).

1972 : La retraite complémentaire est rendue obligatoire.

1982 : Les adhérents retraités obtiennent le droit de vote au congrès confédéral CFDT.

1982 : Abaissement de l’âge de la retraite de 65 à 60 ans pour une carrière complète.

1983 : Instauration d’un minimum contributif dans le régime général.

1983 : Mise en place des Comités départementaux des retraités et personnes âgées (Coderpa) et du Comité national des retraités et personnes âgées (CNRPA). Des retraités représentent la CFDT dans tous ces comités.

1988 : Au niveau européen, mise en place du Comité des travailleurs retraités (CRT).

1992 : La confédération européenne des syndicats (CES) accepte la création d’une organisation syndicale européenne représentative des retraités qui remplacera le CRT créé en 1988. C’est la Fédération européenne des retraités et des personnes âgées (Ferpa).

1993 : Congrès constitutif de la Ferpa à Madrid.
La Ferpa c’est : 10 millions d’adhérents, 43 organisations adhérentes de 23 pays.

1993 : La loi du 22 juillet et ses décrets modifient le régime général : la durée de cotisations nécessaire pour bénéficier d’une pension à taux plein passe de 37,5 à 40 ans ; le salaire moyen de référence sera calculé progressivement sur les 25 meilleures années et non plus sur les 10 meilleures années ; la pension est revalorisée annuellement en fonction de l’évolution de l’indice des prix à la consommation et non plus selon l’évolution générale des salaires.

1997 : Le Conseil national de la confédération fait des retraités, comme les salariés et les chômeurs, des acteurs de la transformation sociale.

1999 : Création du Fonds de réserve pour les retraites (doit être alimenté par les privatisations). Vidé par la réforme de 2010 pour rembourser la dette de la sécu.

2000 : Congrès de la CFDT Retraités à Cherbourg : nouvelle organisation par la création des Unions territoriales de retraités (UTR), assimilées à des syndicats dans la CFDT.

2000 : Création du Conseil d’orientation des retraites (COR).

2001 : Par accord, les 45 régimes de l’Arrco sont transformés en un régime unique.

2002 : Congrès confédéral de Nantes : confirmation que chaque adhérent retraité compte autant qu’un adhérent salarié.

2003 : Réforme des retraites : départ avant 60 ans à la retraite pour les carrières longues ; passage de 37,5 à 40 ans de cotisations pour une retraite pleine dans les fonctions publiques.

2007 : Au congrès de la CFDT Retraités, adoption d’un amendement revendiquant une augmentation de la CSG pour financer la perte d’autonomie.

2007 : La réforme de 2007 touche surtout les régimes spéciaux pas concernés par la réforme de 2003. Des mesures réglementaires restreignent l’accès aux départs anticipés pour les carrières longues. De nouvelles dispositions modifiant les retraites sont prises chaque année dans la loi de financement de la sécurité sociale.

2010 : Le congrès de la CFDT en juin prend position pour une réforme des retraites juste.

2010 : La réforme de 2010 est menée en accéléré, sans véritable débats. Malgré un mobilisation massive et répétée, une loi reculant l’âge de la retraite est adoptée.

Nous écrirons la suite ensemble, si vous le voulez bien !


Article précédent
D comme démocratique