Notre activité


8 Il n’y a pas d’emploi sur une planète morte


Que ce soit au niveau mondial ou européen, les organisations syndicales sont mobilisées pour préparer la COP21. En fin d'article nos liens pour approfondir ce dossier.

Organisé par la Confédération syndicale internationale (CSI), le sommet syndical mondial pour le climat a réuni à Paris les 14 et 15 septembre 300 syndicalistes venus du monde entier.

Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, était des leurs. « Très peu d’employeurs se sont engagés dans un dialogue social pour un futur zéro carbone, a déclaré Sharan Burrow, secrétaire générale de la CSI.

Nous demandons aux entreprises de prendre leurs responsabilités et nous leur rappelons que ce désastre naturel se transformera en catastrophe humanitaire s’ils ne font rien. ». Brian Kohler, de la Fédération internationale IndustriALL, a renchéri : « 

Nous devons être leaders sur ce sujet, car personne d’autre ne s’occupera de justice sociale ». « Notre sommet a pour objectif de ramener le problème humain au cœur des discussions de la COP21 : nous voulons un pack "zéro carbone-zéro pauvreté".

Alors quels que soient les accords obtenus en décembre prochain, nous devons montrer que nous restons mobilisés, que nous voulons faire avancer le programme des syndicats sur la COP21, avant, pendant et après celle-ci », a souligné Anabella Rosemberg, conseillère politique au CSI. Pour le président de la CSI, João Felício, « nos armes sont la mobilisation et la participation ».

Lors du congrès de la Confédération européenne des syndicats (CES) qui s’est tenu à Paris du 29 septembre au 2 octobre, les leaders syndicaux nationaux venus de toute l’Europe ont adopté un manifeste pour la protection du climat dans lequel on peut notamment lire : « La CES appelle les gouvernements du monde entier à s’entendre sur un accord international contraignant pour la protection du climat lors de la conférence de Paris en 2015 », et : « L’Europe doit agir en faveur d’une transition juste vers une économie verte durable, créatrice d’emplois de qualité et donnant priorité aux investissements qui soutiennent les technologies et les infrastructures sobres en carbone ».

Ce texte précise aussi qu’un support financier aux régions et secteurs qui dépendent d’activités à fortes émissions de carbone sera indispensable pour sa mise en œuvre.

Relever le défi de la transition écologique pour créer des emplois de qualité.

Pour en savoir plus

La crise climatique pour les non-spécialistes (Les Éditions de l’Atelier)
Si des ouvrages de qualité paraissent à l’occasion de la COP21 de Paris, ils supposent de connaître déjà des éléments de ce dossier complexe. La qualité de ce petit livre précis, concis et pragmatique est d’expliquer clairement, même si on ignore tout du sujet, les aspects scientifiques du réchauffement, les enjeux de la crise climatique, ses causes et ses conséquences. Il met en évidence les liens entre questions écologiques et inégalités sociales, non sans pointer les insuffisances de l’action publique…

Sites utiles :
Négociations internationales sur les changements climatiques  : Site de la CCNUCC (Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques) ; Site de l’IISD (Institut international du développement durable)
Sciences du climat  : Site du Giec (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) ; Site de Météo France ; Site du CNRS (Centre national de la recherche scientifique)
Actions de la France  : Site du ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie ; Site du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt ; Site du ministère des Affaires étrangères et du Développement international ; Site de l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) ; Site de l’AFD (Agence française de développement)
Chiffres / données  : Site des Nations unies ; Site du Citepa (Centre interprofessionnel technique d’études de la pollution atmosphérique) ; Site du WRI (World Resources Institute)