Actu revendicative


Initiatives dans le Doubs et à Paris


Deux plaquettes, viennent d'être éditées, l'une par la CFDT Retraités de Paris, l'autre par les syndicats Santé sociaux et Retraités du Doubs. Elles sont toutes deux remarquables. Bonnes feuilles.

À Paris, rester à domicile

Comme partout dans le pays, la majorité des retraités parisiens restent à domicile. Le document proposé, en juin 2011, par la commission maintien à domicile de la CFDT Retraités de Paris, recense toutes les aides disponibles, apporte des solutions pratiques, balaye toutes les pistes, multiplie les conseils. Nutrition, aide de la vile, petits travaux à domicile, prévention des chutes, télé assistance, garde de nuit, du côté des papiers administratifs … douze chapitres de conseils concrets, efficaces. Rester chez soi devient alors plus facile.

Un vrai esprit de service anime ce guide. Une initiative à saluer et à reproduire, tout en l’adaptant, partout en France !

Contact : Commission maintien à domicile, UTR CFDT Paris, 7 rue Euryale Dehaynin 75019 Paris, paris chez retraites.cfdt.fr

Doubs : des mots pour des maux

Autour de la question de la perte d’autonomie, les témoignages de trois acteurs que partout ailleurs on sépare : la parole des usagers, des familles et des professionnels du secteur gérontologique. Initiée par le syndicat Santé sociaux du Doubs et la CFDT Retraités du même département, en coordination avec l’Union régionale Franche-Comté, cette plaquette balaye toutes les facettes d’un sujet délicat, lève tous les tabous, parfois conflictuels entre les personnes intéressées.

Loin d’une étude sociologique froide, ces témoignages, livrés à la première personne, mettent le doigt sur l’un des abcès de la politique du vieillissement : l’humanité et la dignité de chacun, en toutes occasions devient impossible à tenir.

Véronique Descacq a préfacé le fascicule. La secrétaire nationale CFDT chargée, entre autres, de la protection sociale le confirme : « L’établissement pour personnes âgées est un monde clos que la société évite de regarder. Il faut y avoir un parent (ou un ami qui y travaille) pour savoir ce qu’on y trouve à la fois d’humanité et d’inhumanité. »

Contact : UTR CFDT du Doubs, 4 B rue Léonard de Vinci, 25000 Besançon, doubs chez retraites.cfdt.fr