Notre activité


Jean-Pierre Bouhelier : Un militant convaincu des valeurs de l’interprofessionnel


Dans l’exercice de ses différentes responsabilités, Jean-Pierre s’est toujours appuyé sur « l’interpro ». À la CFDT Retraités, il défend la solidarité entre toutes les générations d’adhérents.

Jean-Pierre Bouhelier a été très tôt adhérent à la CFDT. Salarié dans un centre de lutte contre le cancer, il a vite senti la nécessité d’être syndiqué. Délégué du personnel inscrit sur une liste non syndicale en 1979, il rejoint la CFDT car les plus anciens avaient la volonté d’associer les jeunes à l’action. « Il y avait une politique d’émulation et de recrutement tout à fait efficace. » En 1982, il rejoint l’équipe de Santé Sociaux, puis il est élu au conseil de l’Union départementale. Il prend alors la dimension des différents syndicats et de l’action collective. Du reste il se définit ainsi, « je suis un militant interpro ».

Le mandatement ne s’exerce pas en solitaire

Il négocie des accords importants, les lois Robien, les 35 heures, et travaille au changement de convention collective dans la branche des centres de lutte contre le cancer. Il remarque que la distinction prédominante entre secteur privé et secteur public, parfois, rend difficile la mobilisation dans le secteur social et médico-social.
Il est mandaté CFDT dans plusieurs instances et organismes (CPAM, Urssaf, ARS…) et a beaucoup à transmettre… et c’est sur cet aspect qu’il insiste car il a souvent été « plongé » dans des instances sans en connaître vraiment le fonctionnement. Il pense qu’il n’a pas toujours été bien préparé lorsque les passations n’ont pas été possibles. Il affirme donc que la formation au sein de la CFDT est importante. L’appui des copains dans l’interpro a été précieux et les échanges qu’il a pu avoir au sein de l’UD lui ont permis de se sentir moins seul lorsqu’il fallait répondre à des problèmes qui mettaient en jeu les valeurs de la CFDT.
Dans le cadre de son mandat actuel au Conseil économique social et environnemental régional (CESER), il fait partie de la commission « mobilité, énergie et numérique ». La situation des personnes éloignées du numérique est l’une de ses préoccupations. Il défend le fait que ce n’est pas seulement une question de génération mais aussi un problème économique.

Retraités et salariés unis dans les revendications de la CFDT

À la retraite, il a pris la responsabilité de la CFDT Retraités de son département. Il est encore partiellement investi dans l’Union départementale. Pour lui, les revendications des retraités ne sont pas à séparer de l’ensemble des engagements de la CFDT.
La collaboration entre les retraités et les actifs a été déterminante pour certaines actions. Les mobilisations en soutien au personnel hospitalier et aux salariés du secteur médico-social ont été un fil conducteur ces dernières années. Jean-Pierre, avec son expérience, sait aussi combien l’échange d’informations est exigeant. La participation conjointe retraités/actifs est souvent déterminante, par exemple au sein du conseil départemental de la citoyenneté et de l’autonomie (CDCA). L’émergence souhaitée de la loi Grand âge Autonomie doit selon lui être l’occasion de concrétiser la mobilisation de l’ensemble des adhérents de la CFDT. Il va apporter son soutien à la campagne pour les élections TPE. Ce secteur trop délaissé est nécessaire à l’ensemble du tissu social.
Jean-Pierre est resté un militant désireux de participer à des actions collectives. Le soutien familial est un atout. Sa disponibilité a été possible parce que son entourage l’a soutenu. À la CFDT Retraités, Jean-Pierre continue son cheminement syndical. Pour lui, l’engagement syndical est nécessaire pour promouvoir une société prenant en compte tous les citoyens, quel que soit leur âge.

Françoise Marchand

La formation au sein de la CFDT est importante.