Action internationale


Jouez le jeu pour les JO


Et si, grâce aux Jeux olympiques d'Athènes, les droits humains au travail progressaient un peu plus ? Comment ? En se saisissant de l'enjeu que constitue la préparation de cet événement mondial pour rappeler que les ouvriers de l'industrie mondialisée du sport méritent un peu d'attention avant que les projecteurs se braquent sur les athlètes.

Relayée en France par le collectif "De l’étique sur l’étiquette", cette campagne invite à « Jouer le jeu pour les JO ».

L’action vise à sensibiliser des consommateurs en les incitant à faire pression sur les distributeurs et les entreprises du sport afin qu’ils exigent de leurs fournisseurs et sous-traitants des garanties de respect des droits fondamentaux des salariés en conformité avec les conventions de l’OIT (Organisation internationale du travail).

Les consommateurs sont invités à signer une pétition internationale qui sera adressée à Jacques Rogge, le président du CIO (Comité international olympique). Elle lui sera remise officiellement le 13 août, date de la cérémonie d’ouverture des JO, au cours d’une manifestation alternative qui clôturera la campagne internationale.
Voici le texte de la pétition.

Pétition

À l’attention de M. Jacques ROGGE, Président du CIO

Monsieur le Président,

Quand j’achète des vêtements de sport, je veux être sûr que personne n’a été exploité pour leur fabrication. Aussi, je suis choqué et déçu d’apprendre l’existence de violations massives des droits des ouvriers dans l’industrie des vêtements de sport, et que le CIO n’a pris aucune mesure pour empêcher de tels abus parmi ceux qui fabriquent des produits portant l’emblème olympique.

Dans sa charte, le CIO déclare que l’olympisme se fonde sur « le respect des principes éthiques fondamentaux universels », mais vous n’entendez pas ces principes aux ouvriers de l’industrie du sport. Pourtant, il est responsable des conditions de fabrication des produits portant le logo olympique.

Dans sa charte comme dans les actes, le CIO doit s’assurer que les droits des ouvriers sont respectés, et doit collaborer dans ce but avec des ONG et des syndicats. Merci de me faire savoir ce que vous comptez faire pour cela."