Stats et études


Jusqu’où l’espérance de vie peut-elle encore croître ?


Peut-on gagner trois mois par an indéfiniment ?

Peut-on gagner trois mois par an indéfiniment ?

« Une espérance de vie de 100 ans n’est certainement pas hors de portée mais nul ne peut encore dire à quelle échéance. » C’est la conclusion de deux chercheurs de l’Institut national d’études démographiques (Ined) à partir des données connues depuis 1750 sur l’évolution de l’espérance de vie à la naissance. Ils les ont mis en relation avec des découvertes ou des progrès médicaux, culturels et sociaux. Une constatation surprenante : en France, vers 1750, l’espérance de vie à la naissance n’était que 27 ans pour les hommes et 28 ans pour les femmes. Aujourd’hui, c’est-à-dire 250 ans plus tard, elle est de 78 ans pour les hommes et 85 ans pour les femmes !

Plusieurs périodes ressortent des études

C’est d’abord une apparente stagnation jusqu’en 1790 environ, suivie par une augmentation de 12% (soit près de 1,5 mois par an) jusqu’en 1885. Cet accroissement est mis en relation avec la découverte du premier vaccin contre la variole, l’amélioration de la production et de la circulation des denrées alimentaires et le contrôle des épidémies. La lutte contre la famine et les maladies infectieuses commence aussi à porter ses fruits.

Tout s’accélère de 1885 à 1960

avec une espérance de vie augmentant de 32% en moyenne, soit 4 mois par an. C’est l’époque où les découvertes de Pasteur ont ouvert la voie à de grands progrès sanitaires (vaccins, diminution des maladies infectieuses, puis mise au point des sulfamides et des antibiotiques) qui se sont conjugués à des progrès sociaux importants (instruction obligatoire, diffusion des avancées médicales, développement du système de protection sociale). Cette forte croissance de l’espérance de vie est particulièrement importante dans la population féminine : environ 70 ans vers 1945 et 75 ans en 1960.

A partir des années 60, la croissance s’est maintenue

jusqu’à la période actuelle mais à un rythme plus faible (23%, soit environ 3 mois par an) en relation avec les progrès de la lutte contre les maladies cardiovasculaires et les changements de mode de vie (exercice physique et alimentation). C’est aussi la période où se développe la lutte contre des maladies de société : accidents de la route, alcoolisme et tabagisme. Cela se traduit en particulier par une amélioration de l’espérance de vie des personnes de plus de 60 ans.

Et maintenant, jusqu’où ira-ton ?

Les chercheurs estiment que tout se jouera sur la façon dont seront prises en charge les questions sanitaires des personnes âgées et le développement d’une société plus solidaire et sur de nouvelles innovations médicales, sociales et culturelles. Ils affirment qu’il est très probable que l’espérance de vie à la naissance dépassera 100 ans, sans que l’on sache à quelle échéance.

François Hun

Source : Espérance de vie : peut-on gagner trois mois par an indéfiniment ? Population et société n°473 de l’Ined.

Espérance de vie féminine à la naissance

Le graphique reprend les meilleurs scores observés annuellement pour l’espérance de vie féminine à la naissance, à 40 ans et à 60 ans (1790-2005).
Lecture : une hausse d’un mois par an représente une progression de 8,5%. Par conséquent, la hausse de 23% de l’espérance de vie à la naissance représente une augmentation de près de 3 mois par an.