Actu revendicative


L’École nationale supérieure de Sécurité sociale à Saint-Étienne


Attachés à un haut niveau de protection sociale, nous avons choisi d'ajouter à ce dossier sur Saint-Étienne un article sur l'école de formation de tous les cadres supérieurs de la Sécu.

Installée depuis 1978 à Saint-Étienne, l’École nationale supérieure de Sécurité sociale (EN3S) met à la disposition du service public de Sécurité sociale et de ses 600 organismes des cadres supérieurs et dirigeants aux compétences certifiées.

Créé en 1960, il devient un établissement public à caractère administratif en 1977, s’appelle CNESSS et s’installe à Saint-Étienne en 1978. En 1988, un décret renforce son autonomie et lui donne les moyens de s’inscrire dans les conventions collectives applicables au personnel des organismes de Sécurité sociale. Il est alors marqué pleinement du sceau et de l’appartenance « Sécurité sociale ». C’est avec la loi générale sur l’assurance maladie du 13 août 2002 qu’il devient l’École nationale supérieure de la Sécurité sociale (EN3S), à l’instar des autres hautes écoles françaises.
Ses missions s’articulent autour de trois activités principales.

Recrutement et formation initiale

Le recrutement se pratique par deux concours réformés en 2005 en visant à favoriser l’égalité des chances d’accès. L’un, externe, est ouvert aux étudiants titulaires a minima d’une licence (ou équivalence). L’autre interne, vise un public d’agents des organismes de Sécurité sociale ayant au moins quatre ans d’expérience professionnelle. Les épreuves sont écrites (admissibilité) et orales (admission) et leurs contenus sont identiques pour les deux concours, avec des choix de matières sauf la protection sociale, obligatoire. Quarante personnes peuvent être reçues à chacun des concours.

La formation initiale, d’une durée de dix-huit mois comporte un programme d’enseignement de 1 200 heures, accordant en outre une large place aux stages dans les organismes gestionnaires (six mois sur les dix-huit). Rémunérée, elle est ouverte aux étudiants étrangers et aboutit à la délivrance d’un diplôme de master en ingénierie de la protection sociale, après un examen de sortie.

Formation continue et internationale

Créé en 1976, ce secteur était initialement centré sur la formation de cadres non diplômés de l’École, inscrits sur la liste d’aptitude. L’école assure la formation initiale des médecins et ingénieurs-conseils, mais aussi des cycles de perfectionnement d’agents de direction. Un certificat d’études spécialisées de comptabilité et d’analyse financière est également délivré.

Enfin, cette formation s’ouvre aux systèmes de protection sociale étrangers avec des séminaires, cycles et rencontres de formation conjoints. Enfin, des partenariats sont conclus (IEP Paris, ENA, universités...) ainsi que des programmes de coopération des journées-rencontres thématiques.

L’école exerce une forte action de coopération avec les institutions des pays d’Afrique francophone.
Dans le cadre de sa politique d’ouverture et de partenariat international, le conseil d’administration de l’EN3S propose un cycle de perfectionnement de six mois en gestion des organismes sociaux, destiné à un public originaire de pays étrangers intéressés par une coopération avec le système français de sécurité sociale. Il est indépendant de l’ouverture de la formation initiale aux étudiants étrangers.

Sur internet : www.cn3s.fr

Les moyens de l’école

Établissement public, l’EN3S est gérée par un conseil d’administration, présidé par Jean-Marie Spaeth, responsable CFDT bien connu. Ce conseil se compose de personnes qualifiées et de représentants des différents régimes de Sécurité sociale. Le corps enseignant est constitué d’intervenants recrutés pour leur niveau d’expertise avec, à sa tête, Claude Bigot, directeur général. Le budget d’environ 15 millions d’euros est apporté surtout par la Sécu.

Le forum de cet article est clôturé.