UNION CONFÉDÉRALE CFDT DES RETRAITÉS

Notre activité


L’Organisation mondiale de la santé, un outil perfectible et indispensable


L’Organisation mondiale de la santé (OMS) est l’une des 17 institutions spécialisées de l’ONU. Elle agit pour « promouvoir le meilleur état de santé possible pour tout être humain, quels que soient sa race, sa religion, son genre, ses opinions politiques et sa situation économique ou sociale ». Elle s’investit dans les pandémies qui frappent la planète, VIH Sida, fièvre Ebola, Covid-19.

« La mission de l’OMS est ainsi de promouvoir la santé, de préserver la sécurité sanitaire mondiale, de servir les populations mondiales et ce d’autant que la moitié de la population mondiale au moins n’a pas accès aux services de santé essentiels. » (Source : OMS)

Quels sont les moyens humains et financiers de l’OMS ?

Elle a son siège à Genève et emploie quelque 8 000 personnes dans le monde.
Son assemblée générale en est l’organe décisionnaire, qui se réunit, en principe, chaque année en mai, à l’exception de cette année à cause de la Covid.
L’OMS s’appuie sur les 194 États membres qui la composent (51 en octobre 1945 à la création de l’ONU). Un conseil exécutif, chargé de l’administrer, est composé de 34 membres élus pour 3 ans.

Le directeur général actuel est, depuis le 1er juillet 2017, le Dr Tedros Adhanom Ghebreysus. De nationalité éthiopienne, il est le premier ressortissant du continent africain à diriger cette agence de l’ONU. Précédemment, l’OMS a été dirigée pendant 10 ans par le Dr Margaret Chan (Hong Kong, République populaire de Chine).

Les ressources financières de l’OMS sont globalement limitées ; elles s’élèvent, pour la période 2018-2019, à 5,62 milliards de dollars. Pour fonctionner, l’organisation fait appel à des dons privés qui représentent l’essentiel de ses moyens financiers. Ce système particulier de financement fait l’objet de critiques récurrentes. Les trois principaux contributeurs sont les États-Unis, la Fondation Bill-et-Melinda Gates et le Royaume-Uni. La Commission européenne est le dixième contributeur.

Qu’a fait l’OMS pour combattre la Covid-19 ?

Comme organisation multilatérale, elle a fait un travail de coordination s’agissant des recherches scientifiques et elle publie des conseils et des recommandations. L’OMS a mis en place des mécanismes d’intervention afin de permettre l’accès aux outils de lutte contre la Covid-19 : « l’Accélérateur Act » avec son dispositif « Covax ». Ils visent à accélérer la mise au point et la fabrication de vaccins afin d’en assurer « un accès juste et équitable à l’échelle mondiale ». Les pays développés ayant, de fait, été servis les premiers dans l’accès aux vaccins. La question de la levée des brevets sur les vaccins pour en faire un « bien commun » reste actuellement une question non résolue.

Dans la période récente, l’OMS s’est aussi fait connaître par des décisions ponctuelles, par le nom donné à la maladie en février 2020, et la qualification du caractère mondial de cette maladie en pandémie en mars 2020. Elle a également suspendu les essais cliniques sur un médicament à l’efficacité très contestée, la chloroquine, dès mai 2020.

Cette institution n’échappe pas aux poussées nationalistes. Ainsi, les États-Unis, sous la présidence Trump, s’en sont retirés en juillet 2020. Le président Biden a réintégré son pays en janvier 2021. L’OMS se trouve, par ailleurs, mêlée aux controverses géopolitiques actuelles, dont la rivalité Chine-États-Unis fournit un exemple au sujet des origines du virus de la Covid-19.

Certes l’OMS n’a pas un pouvoir direct de réglementation, mais, au cours de cette pandémie, son action, son influence, ses travaux, ses impulsions en font une organisation multilatérale indispensable.

Jean-Pierre Moussy

Avec le dispositif « Covax » l’OMS s’efforce d’assurer un accès juste et équitable au vaccin.