Actu revendicative


L’accès de tous aux droits de tous


Nul n'est censé ignorer la loi.

En fait, des millions de citoyens n’ont pas accès aux droits et prestations issus de la législation ou d’accords collectifs. Parmi les causes, la multiplicité des droits à connaître, les procédures, les discriminations, l’illettrisme. Mais l’isolement de l’individu dépourvu du conseil d’une organisation collective est aussi en cause.

L’accès à la citoyenneté dépend aussi de l’action des syndicats et des associations, du rôle des travailleurs sociaux et de la qualité des services publics ou privés.

Ce dossier identifie des obstacles avec ses conséquences et des leviers pour que les droits de tous soient accessibles à tous. 2013, année européenne des citoyens s’inscrit pleinement dans cette priorité.

L’illettrisme, grande cause nationale 2013

2 500 000 personnes, âgées de 18 à 65 ans, ne maîtrisent pas les compétences de base nécessaires en lecture, écriture et calcul pour être autonomes dans des situations simples de leur vie quotidienne, après avoir été pourtant scolarisées.

Lire le carnet scolaire de leurs enfants, comprendre une notice de médicament, une consigne de travail, utiliser un distributeur automatique de billets, lire un plan, faire un calcul élémentaire…, ces actes simples du quotidien mettent des citoyens en grande difficulté.

Pour en savoir plus :

www.anlci.gouv.fr

2013 : Année européenne de la citoyenneté

Les droits européens eux aussi sont méconnus. 2013 devenue l’année européenne des citoyens permettra de valoriser les droits de résider et de travailler dans toute l’Union européenne, les droits à la libre circulation et à l’accès aux soins, droits à la perception d’allocation chômage, à la reconnaissance des qualifications professionnelles, droits à la consommation des biens, tels sont les enjeux de la mobilisation européenne autour de « 2013 : Année européenne de la citoyenneté ».

Car, on l’oublie trop souvent, l’Europe est aussi créatrice de droits. Par exemple, en matière de téléphonie mobile. Lorsque vous utilisez votre téléphone portable dans un pays de l’Union européenne, autre que la France, le tarif appliqué - hors TVA - par l’opérateur est désormais plafonné.

Le coût des appels passés était de 29 cts d’euro par minute au 1 juillet 2012, il passera à 24 cts au 1er juillet 2013, puis à 19 cts au 1er juillet 2014. D’autres plafonds existent pour le coût des appels reçus et des SMS.

Ces plafonds correspondent aux prix maximaux autorisés. Ils s’appliquent à tous sauf formule spéciale décidée par l‘utilisateur. De même lorsque vous franchissez une frontière de l’Union européenne votre opérateur doit vous informer du prix que vous allez payer pour passer ou recevoir des appels.

Pour en savoir plus :

www. europa.eu/citizens