Action internationale


L’accord OMC évite l’échec mais rate le développement


Dans l'accord OMC de Hong-Kong, les gouvernements ont refusé une référence aux droits sociaux prévus par l'Organisation internationale du travail (OIT). La CES s'exprime.

L’accord conclu à Hong-Kong sous l’égide de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), permet d’éviter un échec qui aurait pu être lourd de conséquences, notamment pour les pays en voie de développement, et de continuer le cycle des négociations, mais pour la Confédération européenne des syndicats (CES) « il rate son objectif fondamental : celui du développement et de l’emploi ».

Une nouvelle fois les gouvernements ont refusé une référence aux droits sociaux prévus par l’Organisation internationale du travail (OIT). La violation, par certains pays, des droits fondamentaux, civils, politiques et sociaux n’est toujours pas reconnue comme une violation des droits internationaux.

Dans ces conditions, la CES compte bien « s’investir afin d’exprimer et d’agir auprès de l’Union européenne pour faire entendre des alternatives possibles et la nécessité de la transparence des débats socio-économiques internationaux.

Car, poursuit la CES, « les questions aussi essentielles pour l’humanité que le développement durable, la promotion des droits sociaux et environnementaux et la protection de la santé publique ne doivent pas être absentes des enjeux de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). »