Nos droits


L’allocation d’accompagnement d’une personne en fin de vie


Cette allocation permet de « rémunérer » l’accompagnant d’un proche en fin de vie, en particulier s’il est en congé de solidarité familiale.

La personne (salarié, fonctionnaire, travailleur indépendant ou chômeur indemnisé) doit suspendre ou réduire son activité professionnelle pour accompagner à domicile une personne proche en phase avancée ou terminale d’une affection grave et incurable. Le droit est ouvert à tout salarié bénéficiant du congé de solidarité familiale ou l’ayant transformé en période de travail à temps partiel.

L’allocation est journalière, dans la limite de 21 jours (ou 42 jours en cas de réduction de travail à temps partiel), ouvrables ou non. Son versement est maintenu lorsque la personne accompagnée à domicile doit être hospitalisée. En revanche, elle cesse d’être due à compter du jour suivant le décès de l’intéressé.

L’allocation s’élève depuis avril 2014 à 55,15 € par jour (dans la limite de 21 jours). Elle est de 27,57 € (dans la limite de 42 jours) lorsque l’accompagnant a réduit son activité professionnelle.