Notre activité


L’enjeu d’une nouvelle PAC : pérenniser et moderniser l’agriculture


Permettre l'émergence de nouveaux modèles agricoles, concilier les performances économiques et écologiques, fonder des agricultures diverses, ancrées dans l'ensemble des territoires, génératrices de revenus, de valeur ajoutée et d'emplois : tel est le programme pour le ministre.

Questions à Stéphane Le Foll : ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt

Quelle devrait être, selon vous, la meilleure PAC possible pour les agriculteurs et les salariés de l’agriculture en Europe ?

Comme ministre de l’Agriculture, l’enjeu majeur pour la PAC est pour moi, de travailler à son avenir, tout faire pour que la réforme se fasse dans un esprit de concertation et de progrès, pour garantir que la nouvelle PAC soit pleinement en adéquation avec les défis auxquels nous sommes confrontés et les attentes légitimes des citoyens. Nous devons dessiner ensemble les contours de l’agriculture de demain.

Stéhane Le Foll, ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt

Cet objectif passe par quelles pistes ?

La PAC devra permettre, d’abord, d’assurer la pérennité de l’agriculture et des filières agroalimentaires, qui s’inscrivent en France au sein du pacte productif voulu par le président de la République.

Une répartition plus équitable des aides doit être recherchée, dans le sens du projet proposé par la Commission. Le principe de la convergence interne, avec un abandon progressif des références historiques et une distribution plus équitable des aides agricoles est bon. Mais tous les systèmes de production ne sont pas dans la même situation. Aucun ne doit être sacrifié. Aboutir à une répartition plus équitable n’implique pas nécessairement que le point d’arrivée soit au final, la même aide pour tout le monde.

Il faudra donc nous entendre sur les modalités et le rythme approprié de mise en œuvre pour ne pas mettre en péril la viabilité économique d’un grand nombre d’exploitations. Je pense en particulier aux systèmes en polyculture-élevage.

Et en matière de respect de l’environnement et de développement des territoires ruraux ?

Je suis favorable au principe du verdissement du premier pilier proposé par la Commission, qui lie le versement de 30% des aides directes au respect de trois critères environnementaux et qui est un gage de réconciliation entre les attentes des agriculteurs et celles des citoyens européens.

Le volet consacré au développement rural (2e pilier de la PAC) devra être conforté. Il permettra de soutenir notamment les investissements dans les exploitations agricoles et les entreprises agroalimentaires et d’aller dans le sens des nouveaux modèles agricoles. Il soutiendra aussi les mesures agro-environnementales auxquelles il faudra donner une dimension incitative aussi forte que possible. Je souhaite pour ma part qu’elles soient mobilisées de façon ambitieuse, avec des objectifs clairs, lisibles et qui produiront des résultats tangibles.

Le 2e pilier permettra enfin de soutenir les projets qui se situent à l’interface entre les secteurs agricole et forestier et les autres secteurs de l’économie rurale, pour contribuer au développement des territoires ruraux.

Cette nouvelle PAC, afin d’intégrer les derniers pays entrés dans l’Union européenne devra enfin faire l’objet d’une répartition plus juste et plus équilibrée des aides entre Etats membres dans le sens du projet proposé par la Commission. Je me battrai pour que les agriculteurs français ne supportent pas les coûts de cette redistribution des aides de manière disproportionnée.

Propos recueillis par Francis Daligault

Pour en savoir plus…

Des sites

- le site de Wikipédia est une bonne approche générale et historique
http://fr.wikipedia.org/wiki/Politique_agricole_commune
- le site de la Commission plus axé sur la réforme en cours
http://ec.europa.eu/agriculture/cap-post-2013/index_fr.htm
- sur le site de la CFDT, un argumentaire de 4 pages élaboré conjointement avec la FGA
http://www.cfdt.fr/
- Notre Europe : www.notre-europe.eu A lire : « Le projet d’une PAC pour l’après 2013 annonce-t-il une « grande » réforme ? » par L-P. Mahé, juillet 2012 et « La réforme de la PAC au-delà de 2013 : une vision à plus long terme », J-C. Bureau et L-P Mahé, 2008.

Deux ouvrages à recommander :
« Comptes et mécomptes de l’agriculture »
« La terre, la terre toujours recommencée », tous deux de Philippe Tabary, Cherche midi éditeur, collection Terra.