Notre activité


L’impact de la CFDT Retraités dans les CCAS et les CIAS


Après avoir analysé les besoins sociaux, les mandatés et les valeurs d’équité et de solidarité de la CFDT sont le ciment pour mieux répartir l’aide sociale.

Voilà bientôt un an que, dans la foulée des élections municipales, les conseils communaux d’action sociale (CCAS) et les conseils intercommunaux d’action sociale (CIAS) ont été renouvelés.

La CFDT Retraités a pris sa place dans ces instances. Près de 300 mandatés dans des villages, villes moyennes et grandes villes.

Au regard du renouvellement des CCAS et CIAS suite aux élections municipales précédentes, le nombre de mandatés CFDT Retraités augmente. Leur présence dans les villes moyennes (de 10 000 à 50 000 habitants) et grandes villes (plus de 50 000 habitants) est importante. C’est le résultat du travail de beaucoup d’Unions territoriales (UTR), un travail de proximité et de relations avec les élus, ce qui n’est pas toujours simple dans la mesure où le mot de syndicat, même s’il est attaché à celui d’association, fait encore peur.

Nous avons aujourd’hui de nombreuses remontées de la part des mandatés sur leurs actions, mais aussi des interrogations sur leur rôle et leurs besoins de formation devenus compliqués du fait de la pandémie. Les mandatés aspirent à se retrouver afin d’échanger sur leurs expériences et leurs pratiques souvent différentes selon la taille des communes.

Des réponses apportées au questionnaire adressé aux UTR, il ressort que les mandatés CFDT Retraités dans les CCAS et CIAS portent une voix importante du syndicalisme dans un lieu où bien souvent elle est ignorée. Formation, compte rendu de mandat, échange entre mandatés sont des phases importantes pour un mandat utile, respectueux de nos valeurs et pour faire connaître la CFDT Retraités.

Un rôle de vigilance sociale

En ces temps difficiles et compliqués dus à la Covid-19, le CCAS joue un rôle primordial d’aide à la population, de vigilance sociale : vigilance aux personnes seules, aux personnes vulnérables, vigilance et décisions sur celles et ceux qui rencontrent des problèmes liés en particulier à l’emploi, à la précarité et à l’endettement.

Pour mener à bien ce rôle, il est nécessaire de mettre en place l’analyse des besoins sociaux. Il faut parfois remettre en cause des pratiques tutélaires qui n’ont plus lieu d’être parce que les priorités ont changé. Il faut convaincre sans bousculer, avec des élus qui ont fait des promesses et une population qui estime avoir droit à la distribution systématique des colis de fin d’année aux personnes âgées, par exemple. Pour nous, l’équité, la solidarité, toutes nos valeurs priment pour mieux répartir l’aide sociale.

La CFDT Retraités est aussi adhérente au Réseau francophone Villes amies des aînés. À ce titre, nous sommes interpellés par beaucoup d’UTR qui souhaitent savoir comment être impliquées dans la démarche Villes amies des aînés et militer pour que leurs communes entament cette démarche. Bien souvent, elle prend forme avec les élus, mais est très vite relayée par les CCAS. Lorsque nous avons des mandatés CCAS, nous pouvons, en lien avec nos UTR, être forces de propositions dans cette démarche.

Bernard Rudeau

Les pratiques des mandatés sont souvent différentes selon la taille des communes.