Notre activité


L’isolement social touche plus les bénéficiaires du minimum vieillesse et de l’AHH


Fin 2018, les bénéficiaires de minima garantis (RSA, ASS, minimum vieillesse, AHH et prime d’activité) sont plus concernés par l’isolement social que l’ensemble de la population.

Selon l’enquête de la Drees, les bénéficiaires de minima sociaux sont beaucoup plus nombreux à vivre dans un ménage composé d’une personne seule (38 % d’entre eux contre 20 % dans l’ensemble de la population).

La fréquence des relations (rencontres familiale ou amicale de visu ou dématérialisées) de ces personnes est plus faible que celle de l’ensemble de la population, notamment pour les bénéficiaires du minimum vieillesse.

Ces derniers sont 8 % à n’avoir des relations avec leur entourage que moins d’une fois par mois (ou à ne pas avoir d’entourage) tandis que cette part est de 3 % pour l’ensemble des bénéficiaires de revenus minima garantis et de 1 % pour l’ensemble de la population.

En approchant les liens avec la famille et les amis non plus en termes de fréquence, mais en termes de qualité des relations, les bénéficiaires de revenus minima garantis sont 19 % à être concernés par ce type d’isolement.

Cela signifie qu’au moins une des trois conditions suivantes n’est pas vérifiée : compter pour quelqu’un, pouvoir compter sur quelqu’un pour recevoir un soutien moral, ou que quelqu’un puisse compter sur le bénéficiaire pour recevoir un soutien moral.

Près de trois bénéficiaires du minimum vieillesse et de l’AAH sur dix sont isolés en termes de qualité des relations.

Les bénéficiaires de la prime d’activité sont les moins concernés par l’isolement (13 %).
Source : Les dossiers de la Drees n° 70.

Jean-Pierre Druelle et François Jabœuf