Notre dossier Europe


La Bulgarie à la manœuvre


Après l’Estonie et avant l’Autriche, la Bulgarie, État membre de l’Union européenne depuis janvier 2007, assure pour la première fois, la présidence tournante de l’Union.

La Bulgarie assume cette responsabilité six mois plus tôt que prévu. En effet, le Royaume-Uni lui a laissé son tour du fait du Brexit.

Le syndicalisme en Bulgarie

Les réalités syndicales se partagent entre deux grandes confédérations syndicales, membres de la Confédération européenne des syndicats : la KNSB et Podkrepa. 20% des travailleurs sont membres d’un syndicat. D’autres fédérations syndicales catégorielles se répartissent les champs syndicaux professionnels.

Aujourd’hui l’Europe a besoin de plus d’Europe, ce sont les raisons pour lesquelles la présidence bulgare met au programme plusieurs priorités car l’Europe a besoin de sécurité, de solidarité et de stabilité :
- Une Europe sûre, car la crise migratoire et les actes terroristes au cours des dernières années ont montré combien nous sommes vulnérables ;
- Une Europe stable, car les citoyens souhaitent savoir que l’Union européenne veille à leur prospérité et à leur bien-être ;
- Une Europe solidaire, car les principaux défis concernent tous les États membres et ne sauront être relevés que par des actions communes, et non pas au niveau national ou régional.

« Construire une Union européenne plus forte, plus sûre et plus solidaire »

Pour y arriver, la présidence bulgare mise sur le consensus, la cohésion et la compétitivité. Ces trois fondamentaux pour l’avenir de l’Europe et pour leur réalisation nécessitent courage, volonté politique et efforts partagés. « L’unité est la clé de la réalisation de nos objectifs communs », annonce la présidence du Conseil de l’Union européenne.
Et de poursuivre : « L’Europe sera telle que nous la ferons aujourd’hui. C’est maintenant le moment de construire une Union européenne plus forte, plus sûre et plus solidaire. Les citoyens de la Bulgarie et de l’Union européenne attendent des solutions concrètes à des problèmes concrets. La présidence bulgare travaillera de manière transparente, ouverte vers tous les partenaires européens, et surtout, vers tous les citoyens européens ».

Espérons que ces défis verront leurs réalisations d’ici au 30 juin 2018. Il nécessite aussi la mobilisation de la société civile organisée dans tous les États membres de l’Union européenne.

Jean- Pierre Bobichon

La carte de visite de la Bulgarie

La capitale de la Bulgarie est Sofia, sa superficie est de 110 370 km2, la monnaie est le Lev bulgare. Son PIB est d’environ 48 milliards d’euros.
La devise de la Bulgarie, « l’Union fait la force », se complète bien avec celle de l’Union européenne « Uni dans la diversité ». La Bulgarie est membre du Conseil de l’Europe depuis 1992.
La langue bulgare est une des 24 langues officielles de l‘Union européenne. Elle est parlée par les 7,2 millions d’habitants du pays, représentant 1,4% de la population totale de l’Union européenne. Le bulgare est la première langue slave ayant son propre alphabet, créé au 9e siècle. Depuis janvier 2007, l’alphabet cyrillique est le troisième alphabet officiel de l’Union européenne, aux côtés des alphabets grec et latin.

La Bulgarie dans les institutions européennes

Au Parlement européen siègent 17 parlementaires répartis dans quatre groupes politiques. Mariya Gabriel est la plus jeune commissaire européenne au sein du collège chargée de l’économie et de la société du numérique. Alexandre Kornezov siège, pour la Bulgarie, à la Cour de justice de l’Union européenne à Luxembourg.
Au Comité économique et social européen (CESE), 12 conseillers bulgare siègent, répartis dans les trois groupes (salariés, employeurs et activités diverses). Douze élus des régions bulgares siègent au Comité des régions à Bruxelles.

Sofia en Bulgarie