Actu revendicative


La CFDT Mineurs aide les retraités malades du travail


De nombreuses maladies professionnelles mettent des dizaines d'années à se déclarer, comme celles causées par les particules d'amiante. Les retraités des mines de Lorraine se sont organisés pour aider ces victimes. Permanences, appui juridique et efficacité peuvent rendre fiers de leur action ces militants CFDT dévoués.

Les retraités sont nombreux à porter les séquelles des contraintes subies durant leur carrière professionnelle. Ils sont donc bien placés pour savoir que nombre de maladies ne surviennent que des années après la cessation d’activité. Les victimes et leurs familles sont souvent seules face « à la machine à refuser ». Les mineurs CFDT retraités et salariés ont mis en place un service pour aider, conseiller et soutenir les adhérents.

La CFDT Mineurs organise des permanences sur les maladies professionnelles accessibles à tous, quelle que soit leur profession. Elles permettent d’orienter les dossiers de reconnaissance et d’indemnisation. Pour prendre en compte la déferlante « amiante », les mineurs CFDT sont passés à trois permanences hebdomadaires pour le site de Merlebach en Moselle.

Un appui juridique et médical

Ces permanences de conseils et d’informations sont complétées par un dispositif alliant des défenseurs syndicaux, des avocats et un médecin référent. Ils défendent les adhérents devant toutes les instances du contentieux, les caisses et face aux ex-employeurs peu enclins à reconnaître leurs fautes.

Pour reprendre l’expression de l’un des défenseurs, Roger Lambert, retraité et militant CFDT : « Contre la direction des Houillères, nous n’avons à ce jour perdu aucun procès ». Les indemnisations obtenues en 2005, rien que pour l’amiante, dépassent les 200 millions d’euros pour la seule permanence de Merlebach.

Après les retraités des mines de fer à Jarny et les retraités des mines de charbon à Merlebach, des permanences se sont créées à Hagondange et à Longwy pour les sidérurgistes, à Saint-Avold et Carling pour la chimie. D’autres permanences sur les accidents du travail et les maladies professionnelles (AT-MP) ont lieu actuellement dans le Pas-de-Calais, en Loire-Atlantique, en Alsace, en Haute-Marne, en Normandie et dans différents secteurs professionnels comme pour les salariés de la défense nationale.

Une action des retraités pour les retraités

Ce sont les retraités qui prennent en main leurs dossiers et ceux de leurs camarades. À Jarny, Jean Wurtz, 82 ans aux cerises, défend bec et ongles les victimes et notamment les anciens mineurs de fer. Il n’hésite pas, lorsque c’est nécessaire, à plaider devant le Tribunal des affaires de sécurité sociale (Tass) et le Tribunal du contentieux de l’invalidité (TCI).

Au-delà de la prise en compte de l’indemnisation, les permanences AT-MP permettent une écoute des souffrances des victimes et une aide qui va au-delà de la prise en compte médico-légale du dossier. Par exemple, l’ambiance familiale qui régnait le 14 décembre dernier pour la rencontre annuelle des victimes, qui a rassemblé près de 100 personnes de la permanence d’Hagondange, l’a démontré une fois de plus.

Pour informer les retraités, l’équipe de Merlebach organise des réunions d’information sur les risques professionnels par atelier, usine, service (12 fois en 2005). Ces rencontres conviviales, autour du verre de l’amitié, permettent aux retraités de revoir leurs collègues de travail et de mettre en route les dépistages adaptés aux risques subis (scanner, audiométrie, etc.).

Les retraités CFDT n’ont pas la tête dans le guidon, c’est connu. Cela se vérifie avec cette action. Il ne s’agit pas uniquement de régler, au jour le jour, des cas individuels, mais par la réflexion et l’action collective de prendre en compte et de faire avancer les problèmes et les droits des retraités et de leurs familles. Et en plus ça marche !